Un défi de recrutement et de rétention

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Un défi de recrutement et de rétention

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Par François Normand

[Photo: 123RF]

Trois problèmes ressortent particulièrement du lot des doléances des entrepreneurs sondés par la FCEI.

Problème no 1 : Trois entreprises sur quatre déplorent le manque de candidats dans leur région.

Problème no 2 : La moitié des PME affirme avoir de la difficulté à satisfaire les attentes des candidats en matière de conditions de travail (rémunération, vacances, etc.)

Problème no 3 : Un répondant sur deux déplore la sous-qualification des candidats par rapport aux besoins de leur entreprise.

Pour limiter les dégâts de cet ouragan, les PME affirment avoir déployé plusieurs stratégies. Plusieurs ont amélioré les conditions de travail (salaires, vacances, congés payés), tandis que d’autres ont utilisé les services d’une agence de placement. Quelques-unes (9 %) affirment avoir embauché des travailleurs étrangers.

Sur le plan de la rétention, les défis sont tout aussi grands. Près de 70 % des répondants affirment qu’elles ont des « moyens financiers limités » pour améliorer les conditions de travail de leurs employés, et ce, des salaires aux vacances. Les dirigeants savent fort bien qu’ils doivent en donner plus à leurs employés, mais leur marge de manœuvre est très mince.

GRAPHIQUE: Les mesures suivantes sont-elles utiles à votre entreprise en matière d’emploi?

Par ailleurs, une entreprise sur deux confie avoir de la « difficulté à satisfaire les attentes » des employés en matière de flexibilité des conditions de travail (congés, horaires de travail souples, etc.). Souvent, disent les spécialistes du monde du travail, il existe une incompréhension entre les générations à ce sujet, les plus jeunes étant plus exigeants.

Une PME sur deux déplore aussi être en concurrence avec le secteur public et les grandes entreprises, qui offrent la plupart du temps de meilleures conditions de travail, y compris sur le plan des avantages sociaux (assurance collective, fonds de pension).

Enfin, près de 10 % des dirigeants sondés par la FCEI affirment recevoir des employés surqualifiés par rapport aux besoins de leur organisation. Plusieurs PME ont souvent davantage besoin de journaliers et de manutentionnaires que de techniciens et d’ingénieurs.

Les solutions

Voilà pour le constat de la situation. Maintenant, quelles sont les solutions pour s’en sortir ? Le sondage montre quelles mesures privilégient les entrepreneurs pour réduire l’impact de la pénurie de main-d’œuvre. Cinq sont jugées « très utiles » par les membres de la FCEI qui y ont répondu.

1. 63 % des PME affirment qu’il faut réduire la paperasserie pour les employeurs.

2. 60 % des entreprises estiment qu’il faut réduire les retenues à la source (RPC/RRQ, AE, taxes provinciales sur la masse salariale, etc.).

3. 41 % des dirigeants souhaitent que les gouvernements accordent des allègements fiscaux aux employeurs qui embauchent du personnel.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LE CONSTAT»

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La main-d'oeuvre québécoise a besoin de nouvelles aptitudes

Édition du 20 Juillet 2019 | Courrier des lecteurs

COURRIER DES LECTEURS. L'économie québécoise a de quoi susciter l'optimisme. Les taux de ...

Pénurie de main-d'oeuvre: Benny&Co connaît pas... ou presque

29/05/2019 | Martin Jolicoeur

En un an, la chaîne québécoise a reçu pas moins de 13 000 CV de candidats désireux de travailler pour la rôtisserie.

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.