Élections 2018: quelles promesses pour l'économie?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Élections 2018: quelles promesses pour l'économie?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Par Mia Homsy

[Photo: 123RF]

Vous avez raison. Ce n'est pas qu'une simple impression. Il n'y a eu aucun engagement électoral qui porte directement sur l'économie pendant cette campagne. Il semblerait que lorsque l'économie tourne à plein régime, que le taux de chômage est à un creux historique et que les revenus de l'État sont au rendez-vous, le sujet n'intéresse plus personne.

Pourtant, ça serait une erreur de ne pas s'en occuper. Tout indique que l'embellie actuelle est passagère et que l'économie devrait croître plus lentement au cours des prochaines années.

Le rapport préélectoral du ministère des Finances du Québec, certifié par la Vérificatrice générale du Québec, ainsi que les rapports des grandes banques indiquent tous que les prévisions seront plus modestes à l'avenir. La majorité des économistes évalue le potentiel de croissance de l'économie du Québec entre 1 % et 1,7 %, soit moins que la tendance historique de 2 % et beaucoup moins que la croissance record de 3 % observée en 2017.

Le potentiel de croissance est défini par la productivité et la démographie. Avec une population vieillissante et une croissance limitée, les travailleurs potentiels ne contribueront que de façon marginale à la croissance. Pour ce qui est de la productivité, avec une croissance annuelle qui stagne autour de 1 % depuis plus d'une décennie, rien n'indique que c'est ce qui nous sauvera.

Une occasion de changer les façons de faire

Le départ massif des baby-boomers à la retraite représente toutefois une occasion unique de faire bouger les choses.

Le resserrement du marché du travail devrait inciter les entreprises à procéder à des changements majeurs dans leurs façons de faire, notamment en ce qui concerne les pratiques de recrutement, la formation des employés et l'automatisation. C'est sur ces trois éléments centraux de notre prospérité collective que nous aurions aimé entendre les différentes formations politiques.

Comment inciter les entreprises, surtout les PME, à mieux gérer la diversité et à mieux intégrer les immigrants dans leur processus d'embauche ? Comment ajuster les incitatifs fiscaux afin d'assurer davantage de formation continue pour permettre aux travailleurs de s'adapter aux changements technologiques de plus en plus rapides ? Comment assurer une plus grande collaboration entre le monde des affaires et les établissements d'enseignement ? Surtout, comment tout mettre en place pour que les pénuries de main-d'oeuvre deviennent une occasion d'accélérer l'automatisation et la productivité des entreprises ?

Pour avoir la légitimité de faire d'importants changements une fois au pouvoir, c'est maintenant qu'il faut aborder de front ces enjeux et en débattre.

EXPERTE INVITÉE

Mia Homsy est directrice générale de l’Institut du Québec (IdQ) depuis sa fondation en février 2014.

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LE CONSTAT»
http://www.lesaffaires.com/dossier/penurie-de-main-d-oeuvre-le-constat

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LE CONSTAT»

 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Que nous apprennent les budgets sur les orientations des gouvernements?

Édition du 04 Mai 2019 | Mia Homsy

EXPERTE INVITÉE. Au-delà de la pluie de chiffres que nous présentent les budgets gouvernementaux, ces documents ...

Quatre ans, 12 idées

Édition du 09 Mars 2019 | Julie Cailliau

François Legault et moi avons maintenant quelque chose en commun. Quelqu'un, devrais-je dire : François Pouliot. ...

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

11:53 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.