Élections 2018: quelles promesses pour l'économie?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Élections 2018: quelles promesses pour l'économie?

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Par Mia Homsy

[Photo: 123RF]

Vous avez raison. Ce n'est pas qu'une simple impression. Il n'y a eu aucun engagement électoral qui porte directement sur l'économie pendant cette campagne. Il semblerait que lorsque l'économie tourne à plein régime, que le taux de chômage est à un creux historique et que les revenus de l'État sont au rendez-vous, le sujet n'intéresse plus personne.

Pourtant, ça serait une erreur de ne pas s'en occuper. Tout indique que l'embellie actuelle est passagère et que l'économie devrait croître plus lentement au cours des prochaines années.

Le rapport préélectoral du ministère des Finances du Québec, certifié par la Vérificatrice générale du Québec, ainsi que les rapports des grandes banques indiquent tous que les prévisions seront plus modestes à l'avenir. La majorité des économistes évalue le potentiel de croissance de l'économie du Québec entre 1 % et 1,7 %, soit moins que la tendance historique de 2 % et beaucoup moins que la croissance record de 3 % observée en 2017.

Le potentiel de croissance est défini par la productivité et la démographie. Avec une population vieillissante et une croissance limitée, les travailleurs potentiels ne contribueront que de façon marginale à la croissance. Pour ce qui est de la productivité, avec une croissance annuelle qui stagne autour de 1 % depuis plus d'une décennie, rien n'indique que c'est ce qui nous sauvera.

Une occasion de changer les façons de faire

Le départ massif des baby-boomers à la retraite représente toutefois une occasion unique de faire bouger les choses.

Le resserrement du marché du travail devrait inciter les entreprises à procéder à des changements majeurs dans leurs façons de faire, notamment en ce qui concerne les pratiques de recrutement, la formation des employés et l'automatisation. C'est sur ces trois éléments centraux de notre prospérité collective que nous aurions aimé entendre les différentes formations politiques.

Comment inciter les entreprises, surtout les PME, à mieux gérer la diversité et à mieux intégrer les immigrants dans leur processus d'embauche ? Comment ajuster les incitatifs fiscaux afin d'assurer davantage de formation continue pour permettre aux travailleurs de s'adapter aux changements technologiques de plus en plus rapides ? Comment assurer une plus grande collaboration entre le monde des affaires et les établissements d'enseignement ? Surtout, comment tout mettre en place pour que les pénuries de main-d'oeuvre deviennent une occasion d'accélérer l'automatisation et la productivité des entreprises ?

Pour avoir la légitimité de faire d'importants changements une fois au pouvoir, c'est maintenant qu'il faut aborder de front ces enjeux et en débattre.

EXPERTE INVITÉE

Mia Homsy est directrice générale de l’Institut du Québec (IdQ) depuis sa fondation en février 2014.

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LE CONSTAT»
http://www.lesaffaires.com/dossier/penurie-de-main-d-oeuvre-le-constat

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LE CONSTAT»

 

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Croissance économique plus faible que prévue au 4e trimestre au Québec

Le DPB prévoit maintenant une croissance annuelle réelle du PIB de 1,5 % au premier trimestre de 2020.

Lettre ouverte au ministre des Finances du Québec

Édition du 12 Février 2020 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Monsieur le ministre, permettez à l'humble citoyen que je suis d'ajouter certaines idées à votre réflexion.

À la une

Dollarama perd 4%, voici pourquoi

Il y a 17 minutes | Dominique Beauchamp

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.

Train: une coalition d’entreprises demande à Ottawa de régler la crise

Une vingtaine de grandes entreprises dont ArcelorMittal, J.D. Irving et Maple Leaf pâtissent du blocage ferroviaire.