Une longueur d'avance pour le Québec

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 11:21

Une longueur d'avance pour le Québec

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 11:21

Par Pierre Théroux

Aux quatre coins du globe, des firmes d'ingénierie québécoises travaillent à la construction d'une mine ou d'une aluminerie, d'un stade, d'un barrage hydroélectrique ou d'un technoparc.

" Nous avons une forte présence à l'étranger, où l'expertise des firmes québécoises est reconnue depuis longtemps ", dit Johanne Desrochers, pdg de l'Association des ingénieurs-conseils du Québec, en précisant que les deux tiers des 52 sociétés d'ingénierie du Québec sont actives à l'étranger.

Les perspectives à l'échelle internationale laissent miroiter un avenir prometteur pour les firmes d'ici. Les continents africain, asiatique et sud- américain font face à un important déficit en matière d'infrastructures. Des milliards de dollars y seront investis au cours des prochaines années.

" Les besoins en infrastructures, surtout dans les pays émergents, seront une source de croissance phénoménale pour plusieurs années à venir ", note Pierre Duhaime, qui dirige le géant mondial SNC-Lavalin depuis plus d'un an.

Faire face à la concurrence

Les sociétés québécoises ne sont pas les seules à convoiter ces milliards de dollars de contrats. Outre la concurrence des grandes firmes américaines et européennes, la Chine, qui forme chaque année quelque 400 000 ingénieurs qui viennent gonfler les rangs de ses sociétés d'ingénierie, est de plus en plus présente hors de la Chine.

" Il faut désormais composer avec la présence accrue des firmes chinoises, particulièrement en Afrique et dans les pays riches en ressources naturelles dont la Chine est très friande ", souligne Mme Desrochers.

" Les Chinois s'intéressent aux ressources naturelles de certains pays, en échange desquelles ils construisent des villes, des routes et des stades ", dit Kazimir Olechnowicz, pdg de CIMA +.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

L’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

OPINION Dans l'ombre de WSP, l'ingénieur-conseil Stantec reprend du mieux
Une loi à moderniser
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne
À quand la fin de la tutelle pour l'OIQ ?
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.