Une cure de jouvence qui doit se poursuivre

Publié le 08/10/2010 à 14:45, mis à jour le 10/11/2010 à 13:54

Une cure de jouvence qui doit se poursuivre

Publié le 08/10/2010 à 14:45, mis à jour le 10/11/2010 à 13:54

Par Alain Duhamel

Après avoir atteint un sommet au Québec en 2010, l'investissement public dans les infrastructures collectives devrait fléchir à partir de l'an prochain. Les engagements annoncés par le gouvernement du Québec pour cette année sont de l'ordre de 9 milliards de dollars (G$) et diminueront progressivement à 7,5 G$ d'ici 2014.

D'ici la fin de mars 2011, au moins quatre programmes (Fonds chantiers Canada Québec, Fonds de stimulation de l'infrastructure, Programme d'infrastructure de loisir, Programme de renouvellement des conduites) auxquels le gouvernement fédéral contribuait viendront à échéance. Le ministre des Finances, Jim Flaherty, n'a pas caché le mois dernier son intention de ne pas renouveler les financements, ni de repousser les échéances.

La Fédération des municipalités du Québec et l'Union des municipalités du Québec plaident en faveur d'un prolongement de ces programmes afin de laisser plus de temps aux villes pour compléter leurs travaux et avoir droit à l'aide financière du fédéral.

Dans les bureaux d'ingénieurs, c'est la course contre la montre. " Les gens se dépêchent pour finir les travaux de renouvellement des conduites cette année, souligne Michel Lalonde, président de Génius conseil, un bureau de Montréal qui compte une quarantaine d'ingénieurs. Le programme a tardé à démarrer. "

" Tout faire en fonction d'une date butoir n'est guère réaliste et ne rend pas service à la société, déplore Johanne Desrochers, pdg de l'Association des ingénieurs conseils du Québec. Il est essentiel de prendre le temps de planifier les interventions et de réaliser des projets de qualité. Il serait préférable qu'il y ait un peu de souplesse. "

" Les gouvernements n'ont pas le choix "

Martin Choinière, vice-président, Grand Montréal, du groupe Roche, s'attend à ce que l'investissement public diminue mais demeure tout de même élevé. " Nous venons de connaître une période de pointe, mais nous ne retomberons pas dans un creux comme celui des années 1990 ", dit-il.

À la une

Les travailleurs pourront retirer le masque en période de canicule

La CNESST autorise aux travailleurs d'enlever leur masque à l'extérieur même si la distanciation ne peut être respectée.

Du bitcoin en vente chez Couche-Tard

Êtes-vous prêt à magasiner des cryptomonnaies au dépanneur du coin?

Google présente son nouveau téléphone Pixel

13:11 | AFP

Le Pixel 6 est équipé d'une puce utilisant l'intelligence artificielle.