Dénoncer la corruption, un devoir

Publié le 08/10/2010 à 15:38, mis à jour le 10/11/2010 à 14:26

Dénoncer la corruption, un devoir

Publié le 08/10/2010 à 15:38, mis à jour le 10/11/2010 à 14:26

La multiplication des allégations de corruption dans l'attribution des contrats par les municipalités et dans le secteur de la construction a entaché l'image des ingénieurs.


Rien d'étonnant donc au fait que l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) ait demandé au juge à la retraite John H. Gomery de donner une conférence sur le sujet au dernier congrès de l'Ordre en juin.


M. Gomery n'y va pas par quatre chemins : " Il ne suffit pas d'attendre que les erreurs liées à l'incompétence ou que les pratiques répréhensibles soient mises au jour par d'autres acteurs, comme les corps policiers ou les commissions d'enquête. La solution au problème d'image des ingénieurs se trouve dans leur code de déontologie, qui exige qu'un ingénieur qui est au courant de pratiques inacceptables les dénonce à l'officier disciplinaire de la profession, c'est-à-dire le syndic. "


Il n'est guère facile de dénoncer un collègue ou son patron, admet l'ancien président la Commission d'enquête sur le programme des commandites. " Personne n'aime être délateur. Cependant, c'est la solution. Par ailleurs, l'obligation de transparence est un enjeu important dans une démocratie comme la nôtre. "


L'Ordre des ingénieurs veut renverser la vapeur


L'OIQ a mis en place une série de mesures pour renverser la vapeur. " Un des objectifs prioritaires de la Planification stratégique 2010-2015 consiste à favoriser chez nos membres le développement d'une pratique intégrant davantage les dimensions éthique et déontologique liées aux obligations professionnelles ", explique la présidente de l'Ordre, Maud Cohen.


La transformation du Bureau du syndic témoigne de cette volonté. " Les demandes d'enquête sont en hausse; elles sont passées de 80 à 400 l'année dernière. Elles proviennent en partie du public et des membres. À la suite de délations de la part de nos membres, nous avons aussi été amenés à faire enquête sur le comportement de certains ingénieurs ", dit Mme Cohen.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

L’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

OPINION Dans l'ombre de WSP, l'ingénieur-conseil Stantec reprend du mieux
Une loi à moderniser
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne
À quand la fin de la tutelle pour l'OIQ ?
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne

À la une

10 choses à savoir jeudi

Il y a 50 minutes | Alain McKenna

Apple aurait acheté Tesla à 240$US l'action, un bras robotisé juste pour vous. Et pourquoi pas de l'avocat en bâton?

Propriétaires d'entreprises: sauvez de l'impôt et retenez vos employés grâce aux frais médicaux

22/05/2019 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Un régime «coût-plus» complète une assurance collective standard pour attirer des candidats de valeur.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:06 | LesAffaires.com et AFP

«Les incertitudes autour de ces négociations commerciales vont perdurer au moins jusqu'au G20.»