À la jonction du génie et des sciences

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 14:35

À la jonction du génie et des sciences

Publié le 09/10/2010 à 00:00, mis à jour le 10/11/2010 à 14:35

Pour Bernard Poulin, président et fondateur du Groupe SM International, le génie dépasse les plans et devis. Sa conception de la profession, beaucoup plus large, fait de ceux qui l'exercent des intégrateurs scientifiques.

Il faut dire qu'il a démarré ses activités il y a près de 30 ans en offrant des services de contrôle de la qualité des matériaux lors de la construction de routes. Ce créneau est toujours offert, mais le Groupe SM s'est considérablement diversifiée au fil des années.

Sa gamme de services va des analyses microbiologiques et chimiques (elle sert les secteurs agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique) aux technologies de l'information, en passant par la sécurité des personnes, l'assurance de la qualité et l'ingénierie de la circulation.

La firme est active dans des domaines plus classiques (conception de barrages, de centrales hydroélectriques, de ponts ou de bâtiments). En ce moment, elle participe à des travaux hydroélectriques à la Baie-James, à la réfection du réseau électrique de l'Ontario ainsi qu'à la conception et la surveillance des travaux du Quartier des spectacles à Montréal.

Cap sur l'international

En Algérie, elle collabore au projet de construction de l'autoroute Est-Ouest, un projet évalué à cinq milliards de dollars. Elle agit comme sous-traitant pour la multinationale chinoise CITIC Group, qui a remporté le contrat de construction de l'un des tronçons de l'autoroute. " Nous avons adapté les plans chinois aux normes européennes ", indique M. Poulin.

À la une

Mercedes investit 60 milliards d'euros en cinq ans dans sa transition électrique

Il y a 3 minutes | AFP

Le constructeur automobile s’était dit en juillet prêt à passer au tout électrique «avant la fin de la décennie».

Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

Une entreprise veut aider les PME manufacturières à s'approvisionner en petits lots de pièces grâce à l'impression 3D.

Quand changer sans cesse de façon de travailler fait flipper...

MAUDITE JOB! «100% bureau. Puis 100% télétravail. Puis travail hybride. Au secours, mon équipe a le tournis!»