Une chance pour la relève

Publié le 16/03/2013 à 00:00, mis à jour le 14/03/2013 à 11:32

Une chance pour la relève

Publié le 16/03/2013 à 00:00, mis à jour le 14/03/2013 à 11:32

Préoccupé par le vieillissement de ses membres, l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) travaille très fort pour attirer et accompagner les professionnels venus d'ailleurs. Et ces efforts portent leurs fruits : les ingénieurs immigrants totalisent aujourd'hui 21 % des nouvelles inscriptions au tableau de l'Ordre. En 2000, cette proportion n'était que de 8,5 %.


D'après Daniel Lebel, président de l'OIQ, les ingénieurs étrangers ne font pas qu'assurer la croissance de la profession. «Pour nous, ils sont une valeur ajoutée. En génie, il y a beaucoup de projets internationaux. Les firmes d'ici ont donc tout avantage à embaucher des gens qui proviennent d'horizons différents», affirme-t-il.


Afin de faciliter le processus d'obtention du permis d'ingénieur à ceux qui ont effectué leurs études à l'extérieur, le Québec a conclu des ententes de reconnaissance mutuelle de diplômes avec 15 pays, dont la Malaisie, la Turquie et la Russie.


D'après l'OIQ, environ 50 % des 6 300 professionnels formés à l'étranger proviennent de la France, de la Roumanie ou des pays d'Afrique du Nord. Et 70 % d'entre eux ont une spécialisation en génie civil, mécanique ou électrique.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

19/03/2019 | Daniel Germain

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

Budget fédéral: des indices sur les thèmes de la campagne électorale

Sans surprise, le déficit atteint 14,9G$ pour l'année financière qui se termine et grimpera à 19,8G$ en 2019-2020.

Budget fédéral: l'aide au journalisme se concrétise

BUDGET FÉDÉRAL. La principale mesure demeure le crédit d’impôt de 25 % sur les coûts de la main-d’œuvre.