Tout un engouement pour les vélos électriques

Publié le 08/04/2022 à 14:02

Tout un engouement pour les vélos électriques

Publié le 08/04/2022 à 14:02

Par La Presse Canadienne

Cette discipline semble attirer les hommes autant que les femmes, majoritairement âgés de 50 et plus, selon les propriétaires de commerce de vélos. (Photo: 123RF)

Dans le contexte de pandémie, plusieurs personnes se tournent vers des activités de plein air. Parmi celles-ci, le vélo électrique suscite un réel engouement un peu partout au Québec.

Les propriétaires de boutiques de vélos remarquent une forte augmentation de leurs ventes pour ce type de bicyclette. «En ce moment, environ 80% des ventes du magasin sont des vélos électriques. On vend au moins le triple de ce que l'on vendait il y a quelques années», explique Pascal Deslauriers, propriétaire de la boutique Vélozone, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

«Pour nous, c'est tout un changement en si peu de temps. De 2018 à 2021, nous sommes passés de 80 vélos électriques vendus à environ 500. Nous avons même dû modifier la disposition des articles en magasin pour leur accorder un plus grand espace», note de son côté Maxim Bruneau, copropriétaire du commerce Cycle LM.

Tout en admettant que la pandémie ait pu faire avancer les choses, les deux commerçants voyaient venir cet engouement depuis plusieurs années déjà, notamment en raison d'une augmentation marquée des ventes en Europe.

 

Bienfaits

Le vélo électrique est une activité récréative qui attire bien des gens, notamment pour l'assistance qu'il offre lors de ses déplacements. Il permet surtout aux utilisateurs de parcourir de plus longues distances en étant moins épuisés.

«Il s'agit d'une belle occasion pour les gens qui avaient délaissé le cyclisme en raison de leur forme physique de renouer avec leur sport. Selon ce que j'observe, les personnes de 60 ans et plus sont les plus enclines à s'en procurer un par volonté de continuer à bouger», mentionne Patrick Desrosiers, propriétaire de Messier Bicyclettes. De son côté, M. Bruneau remarque que cette discipline semble attirer les hommes autant que les femmes, majoritairement âgés de 50 et plus.

 

Transport

Avec la hausse des prix dans de nombreux secteurs, notamment pour ce qui est de l'essence, les propriétaires de boutiques de vélos commencent également à observer une hausse de la clientèle se servant d'un vélo électrique comme moyen de transport.

«Ça m'arrive de plus en plus fréquemment de voir des gens s'en servir pour aller au travail au lieu d'un véhicule. C'est plus économique, écologique et, grâce à l'assistance, on n'arrive pas tout en sueur à notre destination», souligne le copropriétaire de Cycle LM.

 

Différences

Il existe plusieurs variétés de vélos électriques à des prix pouvant aller de 900 $ à une dizaine de milliers de dollars.

«Il y a les moteurs qui sont dans la roue du vélo, ce qui est plus abordable. Les moteurs pédaliers sont plus chers, mais ceux-ci permettent une plus grande autonomie pour ceux qui veulent parcourir davantage de distance», précise M. Desrosiers. Il est aussi possible de se procurer un vélo plus adapté aux montagnes et même à l'hiver, avec des pneus de plus grandes dimensions.

 

Pénurie

Les personnes désirant faire l'acquisition d'un vélo électrique doivent cependant faire vite, puisqu'une pénurie de pièces rend l'approvisionnement difficile aux commerçants.

«Ce n'est pas facile de gérer notre inventaire. J'ai beaucoup de gens qui ont réservé un an d'avance pour avoir un vélo à cause des pièces manquantes. Maintenant, je me prends aussi d'avance pour en avoir en stock. Cette année, dès le retour des fêtes, les ventes n'arrêtaient pas en prévision de l'été», raconte M. Deslauriers, qui souhaite également remercier ses employés pour leurs efforts.

Du côté de Cycle LM, les copropriétaires se sont pris d'avance pour tenter de pallier la pénurie. «Nous avons pris un certain risque en emmagasinant un bon nombre de produits dans neuf entrepôts, mais on voit vraiment que les vélos électriques et même réguliers restent en forte demande», conclut M. Bruneau.

Un texte de Megan Champagne du journal Le Canada français pour Initiative de journalisme local.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour à 17:51 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.