D'ingénieur à pdg

Publié le 03/03/2012 à 00:00, mis à jour le 01/03/2012 à 11:09

D'ingénieur à pdg

Publié le 03/03/2012 à 00:00, mis à jour le 01/03/2012 à 11:09

NANCY VENNEMAN, ALTITUDE AEROSPACE

Airbus et Boeing dans la mire

Anticonformiste, adepte du risque calculé et débordante d'énergie, Nancy Venneman a quitté un emploi en or afin de lancer son entreprise. Sa réussite est telle que l'ingénieure de 40 ans veut partir à la conquête de Toulouse et de Seattle pour jouer dans la cour d'Airbus et de Boeing.

En optant pour le génie mécanique, Nancy Venneman savait qu'elle entrait dans un bastion masculin. «En génie mécanique, neuf étudiants sur dix étaient des hommes», se souvient-elle.

Après dix années au service de Bombardier Aéronautique, elle lance sa propre entreprise fin 2005 : Altitude Aerospace. «Mes collègues et mes amis étaient étonnés. Pourquoi quitter un employeur qui offre de très belles occasions d'avancement ?» dit-elle.

Toutefois, la décision était réfléchie. Car l'esprit entrepreneurial de Mme Venneman avait trouvé le filon. «Chez Bombardier, je m'occupais des travaux de réparation et de modification d'avions existants. Ces travaux s'appliquaient à toute la gamme d'avions, et par le fait même, à tous les acheteurs. Mais qu'arrivait-il lorsque certains clients désiraient des modifications ne s'appliquant qu'à leurs flottes ? Bombardier ne pouvait répondre à ces besoins particuliers. Je cherchais l'idée, je l'avais trouvée», résume-t-elle.

Encore fallait-il avoir la foi et l'énergie pour la mettre en pratique. «Aux débuts d'Altitude Aerospace, j'étais seule au volant. Je m'occupais de tout. Je faisais des semaines de 70 heures. Et pour maintenir les coûts le plus bas possible, j'embauchais des spécialistes avec qui je signais des contrats à durée déterminée», explique-t-elle.

Toutefois, au bout de deux ans, l'entreprise montréal aide est devenue rentable, et les embauches se sont multipliées. Altitude Aerospace emploie environ 50 personnes. Ses clients sont surtout des transporteurs qui utilisent des avions de Bombardier. Et le rythme d'embauche devrait s'accroître en cours d'année. «Nous prévoyons augmenter nos effectifs à 75 ingénieurs», dit-elle. La clé du développement futur : devenir un des fournisseurs d'Airbus et de Boeing. «Nous envisageons d'ouvrir nos propres bureaux à Toulouse et à Seattle afin de participer au développement des nouveaux produits d'Airbus et de Boeing, comme nous le faisons déjà avec la CSeries et le nouveau Global 7000/8000 de Bombardier», dit-elle.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Les marchés sont-ils dangereusement chers?

23/08/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’investisseur qui a un horizon de plusieurs années devant lui devrait continuer de favoriser les actions

Transat: «Je ne me sens pas mal à l'aise du tout», dit Jean-Marc Eustache

23/08/2019 | Siham Lebiad

Le MÉDAC a remis en question les motivations des dirigeants de Transat d'approuver la proposition d'achat d'Air Canada.

Les actionnaires de Transat A.T. disent «oui» à l'offre d'Air Canada

Mis à jour le 23/08/2019 | La Presse Canadienne

Les actionnaires de Transat ont accepté dans une proportion de 94,77% l'offre d'Air Canada.