Sonia Veilleux, ingénieure et entrepreneure


Édition du 14 Mars 2015

Sonia Veilleux, ingénieure et entrepreneure


Édition du 14 Mars 2015

Sonia Veilleux, d’Ambioner. [Photo: Francis Vachon]

Il y a six ans, Sonia Veilleux, 35 ans, a fait le saut du monde du génie à celui des affaires en créant une entreprise avec un partenaire. Spécialisée dans l'efficacité énergétique, Ambioner lui permet d'allier son métier d'ingénieur, un domaine d'activité qui s'accorde à ses valeurs, et une carrière entrepreneuriale.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Mois du génie»

Pour des raisons d'éthique personnelle et par intérêt professionnel, la diplômée de l'Université Laval a commencé sa carrière d'ingénieure mécanique dans une entreprise spécialisée dans l'efficacité énergétique des bâtiments. Elle a aimé l'expérience, a acquis de l'expertise et a constaté qu'une occasion d'affaires existait dans ce créneau.

Aujourd'hui, Sonia Veilleux est vice-présidente d'Ambioner, une firme de conseil dans le domaine de l'efficacité énergétique des bâtiments qu'elle a cofondée en 2009, à Québec, notamment pour surfer sur la vague des bâtiments certifiés LEED. Ambioner, dont les clients sont commerciaux et institutionnels, offre toute une échelle de services pouvant aller des plans et des devis jusqu'à l'implantation de solutions pour tous les systèmes énergétiques (climatisation, chauffage, ventilation, éclairage, etc.) dans des bâtiments neufs ou anciens.

L'ingénieure a saisi l'occasion à bras-le-corps. «Je voulais faire quelque chose d'utile pour la société. En oeuvrant dans ce secteur d'activité propice au développement durable, à la protection de l'environnement, j'ai l'impression de travailler dans le bon sens», affirme la femme d'affaires. Aujourd'hui, Ambioner compte 18 employés, principalement des techniciens et des ingénieurs.

Si, en tant que cofondatrice et vice-présidente de l'entreprise, elle aime participer aux décisions stratégiques pour l'avenir d'Ambioner, Sonia Veilleux n'oublie toutefois pas ses racines d'ingénieur. Elle a laissé à son coéquipier et président de la firme la tâche de développer les affaires et a conservé un rôle opérationnel, celui de directrice des opérations et de l'assurance-qualité. «On est complémentaires», souligne-t-elle.

Allier technique et gestion

Même si elle exécute encore certains mandats qui requièrent une expertise plus pointue, au fil des ans et grâce à la possibilité de recruter des ressources, son rôle a évolué. Tandis qu'au lancement de l'entreprise, elle s'occupait de tous les aspects de l'exécution des mandats, «maintenant, je fais plus de la gestion de projet et d'équipe pour m'assurer que tous les contrats sont réalisés dans les délais et correctement», dit-elle.

Son rôle la satisfait, car elle aime allier technique et gestion. «Ce qui m'intéresse dans mon rôle aujourd'hui, c'est que je ne m'occupe plus seulement de l'aspect technique, mais aussi du côté humain, avec la coordination de l'équipe», explique-t-elle. Ses activités «bougent beaucoup, ne sont pas répétitives, sont très variées et me permettent de voir tous les projets», explique Sonia Veilleux. Elle considère «important pour une entreprise que quelqu'un se mette le nez dans les projets» pour s'assurer de la qualité de leur exécution. «On vend une expertise, pas un produit, donc il faut être très vigilant sur ce qu'on livre au client», poursuit-elle.

Pour mener ce rôle de supervision, d'organisation et de gestion d'équipe, elle n'a pas ressenti le besoin de suivre des formations spécialisées. «Mon partenaire et moi nous sentions assez outillés sur le plan de l'expertise et de nos qualités personnelles pour avancer. On a fait les choses petit à petit, on s'est fait conseiller, on s'est entourés. Ma formation en génie mécanique m'a été utile, car on explore plusieurs domaines techniques, et grâce à ça, on apprend beaucoup à synthétiser, à analyser, à aller chercher la bonne information, à gérer un volume important de travail. On a aussi des cours de communication, de gestion, etc.», cite l'ingénieure. Son expérience de six ans chez Ecosystem a fait le reste «sur le plan de l'autonomisation, de la prise de confiance, de la débrouillardise».

Aujourd'hui, elle ne se voit pas à un autre poste, et souhaite rester dans le mode opérationnel. Mais sa priorité étant de «continuer de faire croître Ambioner de façon à ce qu'elle devienne un chef de file de l'efficacité énergétique», elle s'adaptera aux besoins.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Mois du génie»

À la une

Mobilité ­Infra ­Québec: un gros bureau de projets, mais sans vision, ni argent

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-Paul Gagné

DROIT AU BUT. MIQ ne pourra pas mettre en œuvre des projets, les prioriser et les financer.

Bourse: nouveau record pour le Nasdaq

Mis à jour à 17:31 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a pris 120 points à la clôture.

À surveiller: Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet

Que faire avec les titres Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet? Voici des recommandations d’analystes.