Protectionnisme américain et étudiants étrangers : une occasion pour les MBA d'ici ?

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Protectionnisme américain et étudiants étrangers : une occasion pour les MBA d'ici ?

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

« C’est certain que l’environnement politique aux États-Unis nous aide à attirer des étudiants. Il y a effectivement des étudiants étrangers qui nous ont dit être venus à McGill à cause de Trump. » – Antoinette Molino, directrice associée des admissions et des bourses MBA et PMBA à l’Université McGill

La rhétorique anti-immigration se fait plus intense dans plusieurs pays du monde, notamment aux États-Unis. Les programmes de MBA du Québec accueillant chaque année un grand nombre d'étudiants étrangers, les inscriptions ont-elles été affectées ?

En octobre dernier, le Graduate Management Admission Council, une association internationale d'écoles de gestion, publiait son «2018 Application Trends Survey Report». Il s'agit d'un rapport qui examine la demande pour les formations en gestion aux cycles supérieurs sur la base des données fournies par 363 écoles de gestion de partout dans le monde à propos de 1 087 programmes d'étude, dont ceux de MBA.

Le rapport faisait état d'une hausse du nombre de demandes d'admission entre 2017 et 2018 en Asie- Pacifique, en Europe et au Canada, mais constatait une baisse aux États-Unis. Si la hausse des demandes d'admission en Asie- Pacifique s'expliquait principalement par la demande domestique, la baisse du nombre de demandes d'admission aux États-Unis et la hausse en Europe et au Canada étaient plutôt causées par la demande internationale.

Le rapport notait que les demandes d'admission soumises par des étudiants internationaux avaient grimpé de 16,4 % au Canada, contre 15,1 % en Asie-Pacifique et 3,4 % en Europe. Le nombre de demandes a plutôt chuté de 10,5 % aux États-Unis.

Les universités offrant des programmes de MBA dans la province ont-elles constaté une hausse des demandes d'admission ?

À McGill, la directrice associée des admissions et des bourses MBA et PMBA, Antoinette Molino, dit avoir remarqué une hausse de la proportion des étudiants étrangers par rapport aux étudiants locaux. Alors que cette proportion était de 65 % en 2016, elle est aujourd'hui de 70 %. Cette hausse est-elle toutefois liée au climat social ailleurs dans le monde ? «C'est certain que l'environnement politique aux États-Unis nous aide à attirer des étudiants, dit Mme Molino. Il y a effectivement des étudiants étrangers qui nous ont dit être venus à McGill à cause de Trump.»

Selon elle, cependant, ce phénomène reste encore toutefois limité. «Je ne crois pas que l'environnement politique américain soit responsable d'une grande partie de l'augmentation que nous avons constatée.»

Le facteur permis de travail

Plus généralement, en ce qui a trait à l'attraction d'étudiants étrangers au Canada, Mme Molino estime que la réglementation favorable relative au permis de travail est un atout important, et ce, depuis plusieurs années. Lors d'entrevues réalisées avec des responsables de l'Université, plusieurs étudiants mentionnent la possibilité de travailler après leurs études comme étant un facteur de choix principal : 94 % des étudiants internationaux du MBA de McGill se trouvent un emploi au Canada après leurs études.

Carl Villeneuve, président de l'Association des MBA du Québec, est du même avis : «Il est plutôt facile pour les étudiants étrangers d'obtenir un permis de travail pour rester travailler ici après leur formation, surtout si on compare avec les États-Unis. Et ça, c'est intéressant pour eux.»

Si la réglementation américaine relative à l'immigration se resserre, les universités canadiennes pourraient alors profiter encore davantage de la réglementation canadienne. «Définitivement, si cela se concrétise, il deviendra moins intéressant pour les étudiants étrangers d'aller étudier aux États-Unis, dit M. Villeneuve. Et ce seront les pays plus ouverts qui en profiteront, comme le Canada.»

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «MBA CADRES ET DIRIGEANTS»


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Voie rapide pour gestionnaires pressés

Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Entamer une maîtrise en administration des affaires (MBA) tout en ...

MBA et PME, des lettres qui vont de mieux en mieux ensemble

Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Créés au tournant du 20e siècle pour aider les ...

OPINION Étudier en anglais, why not?
Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay
Des repreneurs sur les bancs de l’école
Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay
Conjuguer théorie et pratique
Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Tendance inquiétante aux É.-U pour les producteurs québécois d'énergie verte

12/08/2020 | François Normand

Un rapport publié mardi montre une diminution de l’appétit des entreprises pour l’électricité renouvelable aux É.-U.

Ah, la Gaspésie!

BLOGUE INVITÉ. Après la déception de 2018, est-ce que l'expérience client fut à la hauteur cette fois-ci?

Le déficit ontarien devrait atteindre 38,5G$ en 2020-2021

En trois mois, le gouvernement ontarien a presque doublé sa projection de déficit annuel.