L’approche multicanale

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Mai 2018

L’approche multicanale

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Mai 2018

Par Richard Cloutier

En interagissant par l’entremise du web, des centres d’influence virtuels et des réseaux sociaux, les courtiers vont également faire évoluer le rôle du conseiller. [Photo: 123RF]

Il semble bien loin le temps où le courtier d’assurance faisait du porte-à-porte. Il s’est ensuite mis à téléphoner, puis à réseauter à la chambre de commerce. Aujourd’hui, le modèle d’affaires traditionnel est mis à l’épreuve par les plateformes technologiques et autres réseaux de distribution numérique.

« Il n’y a plus personnes, ou beaucoup moins qu’avant, qui sont intéressées à voir un représentant. Les consommateurs préfèrent même chatter, plutôt que de téléphoner », affirme Stéphane Rochon, président et chef de la direction de Humania Assurance.

Pour cette raison, il est d’avis qu’une approche multicanal est le moyen le plus adéquat pour répondre aux attentes des clients en matière d’offre de service personnalisée et d’expérience client. « L’assurance va sans doute connaître une évolution semblable à celle du secteur de l’investissement, illustre-t-il. Avec un courtier à escompte comme Disnat, par exemple, l’investisseur effectue ses transactions lui-même. Lorsque c’est trop compliqué, il appelle un représentant et s’il a besoin d’un service plus sophistiqué, il prend ses papiers et se déplace ».

Dans le secteur de l’assurance, la multiplication des points de contact, incluant le réseau de courtiers, le site Internet, et le centre d’appels, va sans doute permettre aux consommateurs d’effectuer en ligne un minimum de transactions simples, mais Stéphane Rochon ne croit pas que le nombre de transactions complétées par cette voie d’accès va être tellement élevé, parce que l’assurance est un produit complexe.

Patrick Raimondi, directeur général, Services financiers chez Accenture Canada, est du même avis. Selon lui, dans la majorité des cas observés auprès des grands assureurs avec lesquels Accenture travaille, lors du processus d’achat d’un produit complexe comme une assurance vie, par exemple, le consommateur désire éventuellement parler à quelqu’un même lorsqu’une fonctionnalité technologique permet qu’une bonne partie de la démarche puisse se faire en ligne de façon autonome, incluant la recherche et la modélisation d’une prévente.

« La façon dont une personne réfléchit lors d’un processus d’achat pour ce type de produit n’est pas linéaire, où il amorce sa démarche sur Internet et la finit la même journée, toujours sur Internet. Donc, l’intégration de différents canaux de communication au sein du processus de distribution reste très pertinente dans le secteur de l’assurance », constate Patrick Raimondi.

Le conseiller branché

Malgré cette évolution du comportement du consommateur, Stéphane Rochon ne croit pas que les assureurs vont nécessairement vendre davantage leurs produits directement.

Il est d’avis que le réseau de distribution par courtage doit demeurer le principal maître d’œuvre à cet égard. Toutefois, pour y parvenir, les distributeurs doivent s’assurer d’être en mesure d’offrir une approche multicanal.

« Est-ce qu’ils font présentement la démarche en matière de numérisation ? Ce que j’observe, c’est qu’il y en a peu qui ont pris le virage numérique au Québec et ça, c’est préoccupant », signale Stéphane Rochon.

En interagissant par l’entremise du web, des centres d’influence virtuels et des réseaux sociaux, les courtiers vont également faire évoluer le rôle du conseiller.

Ainsi, à mesure que l’approche multicanal va se développer, le conseiller verra ses marges de profits réduire, mais son volume de transactions augmenter, croît Stéphane Rochon. « Au lieu de faire deux transactions par semaines, le conseiller va peut-être en faire 20, mais leur traitement sera beaucoup moins long, et plutôt que de faire de la prospection, il va vraiment faire plus de service-conseil », dit-il.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES MARCHÉS DE L'ASSURANCE» http://www.lesaffaires.com/dossier/Marches-de-l-assurance-en-2018

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La Capitale Assurance et SSQ Assurance annoncent un regroupement

La Capitale Assurance et SSQ Assurance ont annoncé qu'elles avaient l'intention de se regrouper en une seule entité.

Météo en 2019: 1,3 G $ de dommages assurés selon le Bureau d'assurance

2019 s’est classée au septième rang pour l’année des pertes assurées les plus élevées jamais enregistrées au Canada.

OPINION Les assureurs n'ont pas fini leur remontée
Édition du 23 Novembre 2019 | Stéphane Rolland
Assurance et investissement, un malheureux mariage
Édition du 09 Novembre 2019 | Carl Simard, Philippe Veilleux et Yannick Clérouin
Les 5 péchés capitaux de la gestion de cyber crise
01/11/2019 | Pascal Forget

À la une

Brèche de sécurité liée au système de paye Phénix

Plusieurs milliers de fonctionnaires fédéraux ont été victimes d’une brèche de sécurité.

Dollarama perd 4,3%, voici pourquoi

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

Mis à jour à 16:46 | La Presse Canadienne

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.