Marché international: des assurances contre le risque

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Octobre 2017

Marché international: des assurances contre le risque

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Octobre 2017

Par Pierre Théroux

[Photo: 123rf]

DOSSIER MARCHÉ INTERNATIONAL - L’entreprise Bois de plancher PG exporte 30 % de sa production principalement aux États-Unis, de même qu’en Asie (Chine, Japon, Corée du Sud) et en Inde. Le fabricant de planchers de bois franc prévernis, situé à Saint-Édouard-de-Lotbinière, a bien pris soin de se protéger contre le risque de défaut de paiement de la part des clients étrangers.

«Quand on a commencé à exporter, on demandait aux clients de payer d’avance. Mais on ne pouvait pas maintenir cette exigence si on voulait accroître nos ventes à l’international. Et il fallait se protéger si on commençait à faire des ventes à crédit», souligne Lise Côté, directrice des exportations outre-mer et gestion de comptes majeurs de cette entreprise familiale fondée en 1979.

La PME a donc décidé de souscrire à une assurance pour ses comptes à recevoir. Elle a aussi recours à des lettres de crédit pour 20 % de ses ventes à l’international. Elle est également protégée si un client décide de ne pas récupérer la marchandise qui a été acheminée au port. «Nous absorbons les frais de transport s’il faut ramener les conteneurs», indique Mme Côté.

L’entreprise exige encore à l’occasion d’être payée à l’avance, ce qui représente environ 30 % de ses ventes. «On le demande quand c’est un nouveau client. Ça élimine rapidement les gens qui ne sont pas sérieux», précise-t-elle, en soulignant qu’un client a récemment accepté de payer d’avance 1 million de dollars pour une première commande.

«Pour une entreprise qui exporte, c’est essentiel de contracter des assurances pour se couvrir en cas de pépins», conseille Véronique Proulx, vice-présidente Québec de l’organisation Manufacturiers et Exportateurs du Québec.

Un organisme comme Exportation et développement Canada (EDC) offre ainsi diverses assurances qui protègent les exportateurs contre un nombre important de risques commerciaux et politiques en cas de non-paiement. Les coûts dépendent de plusieurs facteurs, notamment du type de couverture, de la catégorie de marchandise exportée, des risques de crédit du client et du pays où sont expédiés les produits.

Consultez notre dossier MARCHÉ INTERNATIONAL: PARER AUX RISQUES

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un exportateur québécois renonce au marché américain

Édition du 15 Juin 2019 | François Normand

Club Tissus jette l'éponge par rapport aux États-Unis. Les nouvelles règles du libre-échange visant le commerce de ...

Les exportations du Québec reculent par rapport au PIB

07/06/2019 | François Normand

Cette situation tient essentiellement à la perte des parts de marché du Québec aux États-Unis.

À la une

À surveiller: Savaria, Boralex et Canadian Tire

Que faire avec les titres de Savaria, Boralex et Canadian Tire?

10 choses à savoir mercredi

La télé commandée par les yeux! On connaît la date de sortie du iPhone 5G, un «son minimum» pour les autos électriques.

Le REM en essai dès octobre 2020

Petit tour du chantier de 6,3G$ et de ses innovations.