S'inspirer de la Californie pour profiter du carbone


Édition du 30 Juin 2018

S'inspirer de la Californie pour profiter du carbone


Édition du 30 Juin 2018

Par Alain McKenna

Du territoire californien, 43 % est consacré à l’agriculture, ce qui représente annuellement 8 % de ses émissions de ­GES. [Photo : 123RF]

Par sa taille, la Californie est la sixième économie de la planète, ce qui en fait un leader de facto dans l'émergence du marché mondial du carbone. Afin de faire croître ses propres entreprises dans ce créneau, le Québec pourrait s'inspirer des mesures mises en place sur la côte Ouest.

L'énergie est au coeur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce qui est moins un enjeu au Québec, où 98 % de l'électricité produite est peu polluante. La Californie, de son côté, obligera à partir de 2020 toutes les nouvelles constructions résidentielles à être dotées de panneaux solaires. L'objectif : réduire de 50 % la consommation d'énergie des maisons neuves provenant du réseau.

Exporter le soleil

«Grâce à cette norme, les nouvelles constructions seront plus efficaces et allégeront la demande envers les réseaux, les rendant plus fiables», explique Andrew McAllister, commissaire californien à l'Énergie. À l'heure actuelle, l'équivalent de 5,4 millions de foyers sont alimentés par l'énergie solaire, ce qui grimpera rapidement, l'État ajoutant près de 100 000 nouvelles maisons par an.

Pour les fabricants d'équipement solaire, c'est une occasion unique, surtout si d'autres États américains emboîtent le pas en adoptant une mesure similaire à celle de la Californie. Le marché des panneaux solaires a connu un ralentissement l'an dernier, mais a repris de plus belle au début de 2018.

L'engouement envers le solaire est moindre au Québec. Pour les fabricants, la conclusion est évidente : exporter. «Le marché du solaire pour la maison croît à une vitesse exponentielle», expliquait dernièrement Sass Peress, cofondateur du fabricant montréalais iSun Energy, qui vend des abris d'auto solaires, conçus pour alimenter à la fois une résidence adjointe et un véhicule électrique. «Le marché résidentiel est même en train de dépasser le marché commercial.»

Des serres plus vertes

Du territoire californien, 43 % est consacré à l'agriculture, ce qui représente annuellement 8 % de ses émissions de GES. C'est un secteur économique névralgique que l'État du Pacifique compte moderniser afin d'en réduire l'empreinte écologique. Une des pistes envisagées est le recours à davantage d'automatisation et à l'intégration de solutions d'intelligence artificielle permettant de mieux gérer l'ensemble de la chaîne d'alimentation, de la culture à la vente en épicerie.

Une des entreprises qui profite de ce mouvement est montréalaise. Grâce à une aide de 2,85 millions de dollars provenant notamment de Desjardins, de Real Ventures et de la BDC, Motorleaf a mis au point des capteurs et des algorithmes qui prennent en charge la croissance de plantes et de légumes en serre, comme des tomates, qui réduisent à la fois les coûts et les émissions polluantes.

Au cours des derniers mois, l'entreprise est parvenue à couper de moitié les erreurs dans la prédiction de la taille des récoltes de son partenaire SunSelect, un des principaux producteurs californiens de tomates. «Ça va sans dire que ça change complètement la donne, d'une façon qu'on n'avait même pas anticipée. Motorleaf est devenue la norme dans la prédiction des récoltes», dit Victor Krahn, copropriétaire de SunSelect, manifestement ravi. Le producteur peut ainsi garantir une production et optimiser l'utilisation de ses 43 acres de terres agricoles, améliorant du même coup son bilan environnemental.

Pour Motorleaf, cette démonstration est non seulement prometteuse pour percer le marché californien, mais elle peut aussi lorgner du côté du Québec, où environ 900 serres sont actuellement exploitées. «La prédiction des récoltes n'est que le début pour nous. À terme, nous créerons des protocoles de croissance dynamiques qui s'occuperont de tout, de la gestion de l'éclairage à l'ajout d'engrais, afin d'accroître le rendement des serres», explique Alastair Monk, cofondateur de Motorleaf.

De la Californie au Québec, la distance n'est pas si grande quand vient le temps de combattre les émissions de GES...

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «MARCHÉ DU CARBONE 2018»

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?