L'essor de l'«AgeTech»


Édition du 10 Mai 2023

L'essor de l'«AgeTech»


Édition du 10 Mai 2023

Par Philippe Jean Poirier

La pandémie a eu un autre effet collatéral, positif cette fois : elle a levé la barrière la technologique chez les aînés. (Photo: 123RF)

MARCHÉ DES AÎNÉS. De la création d’un nouveau fonds d’investissement consacré aux technologies pour aînés (AgeTech Capital) à l’annonce de l’initiative pancanadienne envisAGE, plusieurs nouvelles donnent à penser que le secteur des gérontotechnologies est en pleine émergence. État des lieux.

Si l’on remonte de quelques années seulement, l’innovation en matière de soutien aux aînés tenait à peu de choses : améliorer la conception d’une marchette, grossir les boutons d’une télécommande, proposer une énième version du dispositif d’urgence portatif, actionné en cas de chute, popularisé dans les années 1980 avec l’annonce « I’ve fallen and I can’t get up! » de l’entreprise LifeCall. Rien de révolutionnaire, on comprendra.

Or, quelles solutions voit-on maintenant lancées sur le marché par des entreprises québécoises ? Des détecteurs de présence permettant de suivre et d’analyser les comportements d’un aîné dans une résidence (Evey) ; des lunettes et des écouteurs intra-auriculaires servant à commander mentalement un environnement connecté (AAVAA) ; ou encore des vêtements qui gonflent en une fraction de seconde afin de protéger une personne lors d’une chute (Azimut Medical). On voit aussi des expériences à la fois immersives et thérapeutiques (Phosphen). Certaines propositions semblent sortir tout droit du futur.

Certes, l’intelligence artificielle a atteint une nouvelle phase de maturité. Mais ça n’explique pas toute l’effervescence actuelle que l’on voit dans la silver economy, ou le marché des aînés. « La pandémie a montré que nos aînés sont négligés à tout point de vue, avance Alan MacIntosh, associé fondateur du fonds d’investissement AgeTech Capital. Ça a créé un élan, et surtout, une reconnaissance qu’il y a beaucoup de choses à faire pour aider les aînés, et ce, à plusieurs niveaux. »

La pandémie a eu un autre effet collatéral, positif cette fois : elle a levé la barrière la technologique chez les aînés. De 2019 à 2022, le pourcentage des 65 ans et plus qui utilisent Internet pour obtenir des soins ou des services de santé a presque doublé, passant de 31 % à 59 % (NETendances 2022). Plus encore, une majorité d’aînés reconnaissent aujourd’hui le potentiel de la technologie pour briser l’isolement (70 % sont d’accord avec cette affirmation), pour améliorer le bien-être et le confort à la maison (62 %) et pour faciliter les déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur du domicile (61 %).

 

Un secteur qui s’organise

Rappelons que le vieillissement de la population pose un défi collectif. Selon un bulletin publié en 2021 par l’Institut Fraser, la proportion des dépenses consacrées à la santé des 65 ans et plus pourrait passer de 46 % en 2019 pour un groupe représentant 16 % de la population canadienne à 71 % des dépenses totales en 2040, pour un groupe représentant alors 23 % de la population. Et ce, si rien n’est fait pour encourager l’« efficience des services de soins de santé », précise-t-on dans le rapport. 

De toute évidence, le secteur canadien des technologies de l’âge — désigné AgeTech en anglais — a intérêt à se structurer au plus vite. C’est ici qu’intervient l’initiative envisAGE, annoncée en mars dernier, assortie d’une enveloppe de 47 millions de dollars (M$) provenant du gouvernement fédéral. L’initiative, codirigée par les consortiums MEDTEQ+, axé sur l’innovation en technologie médicale, et AgeWell, axé sur la technologie et le vieillissement, a pour mandat d’accélérer la commercialisation des technos pour aînés.

« Notre objectif est de catalyser la commercialisation des technologies matures et de voir comment elles peuvent être déployées dans les milieux de vie, explique Sabrina Boutin, vice-présidente principale d’envisAGE. Nous voulons aussi aider les entreprises à avoir un regard davantage porté vers les utilisateurs finaux. » Ceux-ci incluent aussi bien les aînés que les proches aidants et les organisations prestataires de services, rappelle-t-elle.

Dans la foulée des discussions entourant la création d’envisAGE a émergé une autre initiative pancanadienne, cette fois du côté privé. Créée en août 2022, la société d’investissement privé AgeTech Capital vise elle aussi à combler le fossé entre l’innovation pure et la commercialisation des technologies de l’âge. 

« Il y a en ce moment au Canada un marché qui n’est pas du tout exploité sur le plan financier, explique Pascale Audette, cofondatrice et directrice de AgeTech Capital. Les investisseurs actuels se concentrent à l’étape du démarrage ou des bourses de recherche. Par la suite, si on parle de la série A et plus, il y a peu ou pas d’investisseurs au Canada. Donc, nous avons décidé de nous positionner comme un des gros fonds d’investissement, avec l’objectif de constituer un fonds de 250 M$ US. »

Ajoutons au portrait une récente annonce du gouvernement québécois. En mars dernier, le Bureau de l’innovation en santé et en services sociaux a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour inviter les entreprises « en technologies médicales et de santé numérique » à proposer des solutions visant des soins et des services de soutien à domicile. 

Avec autant de joueurs au rendez-vous — le milieu de la recherche, l’entrepreneuriat, des fonds d’investissement et les gouvernements —, le secteur de l’AgeTech n’aura bientôt plus rien à envier aux autres secteurs technologiques tels le GreenTech, l’AdTech et l’AgTech. Avec, comme « finalité », rappelle Sabrina Boutin, d’« améliorer la qualité de vie des aînés ».

Sur le même sujet

Google-moi...

27/05/2024 | Olivier Laquinte

EXPERT INVITÉ. Je ne connais personne qui n’a jamais dit «L’as-tu googlé» en réponse à une question.

Les avancées technologiques ont amélioré le rendement des éoliennes

Mis à jour le 27/05/2024 | Initiative de journalisme local

En plus 30 ans, «la productivité et l’efficacité des éoliennes a triplé», soutient l'AQPER.

À la une

Inflation modérée: les actions plus fortes que les obligations?

Il y a 2 minutes | Pierre Lussier

EXPERT INVITÉ. Pourquoi abaisser le taux directeur s’il n’y a pas de récession en vue?

Le sexisme, un fléau grandissant pour les femmes gestionnaires!

MAUDITE JOB! «Je n'en reviens toujours pas. Des employés disent de moi, leur boss, que je suis "hystérique"...»

RBC annonce une hausse de son bénéfice au 2T et augmente son dividende

Il y a 34 minutes | La Presse Canadienne

Ses revenus ont totalisé 14,15 G$, contre 12,45 G$ au même trimestre de l’année dernière.