STGM : une effervescence de fusions et d'acquisitions

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

STGM : une effervescence de fusions et d'acquisitions

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

« La chimie est vraiment l’élément-clé. » – Michel Gingras, architecte associé, STGM Architectes

STGM Architectes a réussi à faire passer son nombre d'employés de 80 à 120 entre 2016 et 2017, un bond de 50 %. Son chiffre d'affaires, lui, a crû de 116 % depuis cinq ans, passant de 11 millions de dollars l'an dernier à 14 M $ cette année. Sa stratégie de croissance ? La fusion-acquisition. Comment s'assurer que soit un succès ? «La chimie, c'est vraiment l'élément-clé», dit Michel Gingras, architecte associé chez STGM.

En 2015, l'entreprise faisait l'acquisition de Topo, ajoutant ainsi sept personnes à son équipe. L'an dernier, elle acquérait BFH et son équipe de sept personnes. Cette année, STGM a fait l'acquisition de Cobalt, qui l'a fait grandir de 39 personnes.

Trouver la bonne firme à acquérir a toujours été d'une importance capitale. M. Gingras estime qu'environ les deux tiers des rencontres que réalise STGM avec des cibles potentielles n'aboutissent pas en fusion-acquisition.

Concrètement, quels sont donc les ingrédients de cette chimie ? Il s'agit principalement d'une vision et d'une culture partagées. Si ces éléments sont présents, l'étape des avocats et des papiers se déroulera bien par la suite, estime M. Gingras. Sinon, il faut avorter.

«Nous n'achetons pas une usine dont on peut changer le directeur et maintenir la production, explique M. Gingras. Nous invitons des individus à joindre notre équipe.» Fondée en 2001, STGM tente aujourd'hui de consolider ses expertises en plus de faire des ajouts complémentaires. L'acquisition de BFH, par exemple, a permis à l'entreprise d'accueillir sept experts dans le domaine de la restauration de bâtiments patrimoniaux à son équipe actuelle de trois experts. L'acquisition de Cobalt, une firme spécialisée en transports publics, Aéroports de Montréal et la STM, a plutôt permis à la firme d'offrir une plus large gamme de services.

Pour connaître une croissance durable, STGM évite d'avaler trop rapidement les firmes. «Il faut éviter de prendre des bouchées trop grandes et se donner le temps de bien intégrer une acquisition avant d'en faire une autre», dit M. Gingras.

Par-dessus tout, il conseille aux entreprises qui voudraient croître par fusion-acquisition de garder l'oreille attentive à tout moment pour détecter les bonnes occasions, en plus de toujours rester actives dans le milieu et de se tenir bien connectées pour être informées par les bonnes personnes aux bons moments. Il suit d'ailleurs ses propres conseils. «Non seulement avons-nous déjà entamé des discussions pour notre prochaine fusion-acquisition, mais nous planifions également ouvrir sous peu de nouveaux dialogues, dit-il. Nous restons à l'affût pour 2019.»

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES RECETTES DE CROISSANCE DES 300»


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Il faut sauver le soldat PME

01/08/2020 | François Normand

ANALYSE. Nous n'assistons pas à de la «destruction créatrice». Il faut en tenir compte pour ne pas perdre de belles PME.

Dominique Anglade réclame 1 milliard de dollars pour les PME

Un plan de sauvetage de 1 milliard $ destiné aux PME, voilà ce qu’il faut pour relancer ...

À la une

La cadence annuelle des mises en chantier hausse de 16% en juillet

Le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier a atteint 245 604 unités en juillet.

À surveiller: Cominar, Couche-Tard et Power Corporation

Que faire avec les titres de Cominar, Couche-Tard et Power Corporation? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le Québec a perdu 450 000 emplois en quatre mois

L’industrie des services d’hébergement et de restauration a connu une baisse de près de 100 000 emplois.