Sourcevolution : oser changer de modèle d'affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

Sourcevolution : oser changer de modèle d'affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

[Photo: 123RF]

Il y a deux ans, Sourcevolution a décidé de changer son modèle d'affaires, et ce, même si la rentabilité était au rendez-vous. «Cela représentait un risque d'image et financier énorme», confie Yves Perron, président et chef de la direction de la PME montréalaise. Spécialisée en technologies de l'information, Sourcevolution offre également deux produits brevetés, soit les plateformes Freedomone et Estream.

Ce virage important avait pour objectif de desservir les grands clients du secteur privé. Pour y arriver, il fallait toutefois s'assurer de pouvoir répondre à leurs attentes, alors que ceux-ci exigent de leurs fournisseurs qu'ils offrent de très grandes capacités de traitements transactionnels tout en présentant des frais d'exploitation très bas. Pari relevé, car aujourd'hui, les clients de la PME se trouvent surtout parmi les grandes entreprises privées des secteurs de la finance, de l'assurance et des télécommunications, notamment la Banque Nationale, Intact Assurance et Vidéotron.

Sourcevolution compte désormais des bureaux à Québec et à Toronto, en plus de son siège social de Montréal, où 250 professionnels travaillent, un chiffre qui a plus que doublé en cinq ans. La croissance du chiffre d'affaires se révèle tout aussi fulgurante. Les revenus annuels de l'entreprise sont passés de 10 millions de dollars en 2015 à une projection de 35 M$ en 2019. Et Sourcevolution ne compte pas s'arrêter là. «Nous prévoyons maintenir une croissance soutenue jusqu'à 50 M$ de revenus d'ici 2021, soutient M. Perron. Dès que nous approcherons de cet objectif, un nouveau plan de croissance et/ou de diversification sera mis de l'avant.»

Des investissements de près de 2 M$

Il n'est pas rare de voir une croissance importante du chiffre d'affaires s'expliquer par une acquisition majeure. Ce n'est pas le cas ici. La croissance de Sourcevolution est entièrement organique et le demeurera jusqu'à l'atteinte du fameux 50 M$ de chiffre d'affaires, foi de M. Perron. La poussée s'explique donc uniquement par le virage entrepris il y a deux ans.

Pour relever les défis que ce changement posait, l'entreprise a d'abord embauché douze employés supplémentaires en trois mois afin d'augmenter la capacité d'opération interne du bureau, en plus de procéder à certains remplacements de personnel après avoir procédé à une réévaluation de l'équipe en place.

En parallèle, l'entreprise a développé sa nouvelle plateforme en mode infonuagique afin de répondre aux exigences de rapidité de ses clients. En tout, 1,5 M$ a été injecté en capital humain pour les opérations quotidiennes du bureau et 300 000 $ pour développer la nouvelle plateforme. «Sourcevolution a osé investir de grandes sommes en capital humain et technologique sans avoir la certitude du retour sur l'investissement, explique le président de Sourcevolution. Par contre, nous savions que sans ces risques, le changement était impossible.»

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES RECETTES DE CROISSANCE DES 300»

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: les PDG de l'année «Les Affaires»

Édition du 07 Décembre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

À la une: le point sur les recrues de Wall Street

Édition du 23 Novembre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, retour sur la performance des entreprises faisant leurs premiers pas sur le parquet.

À la une

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.

Couche-Tard, un prétendant «sérieux» et «crédible», dit l'australienne Caltex

La société n'a pas eu de réponse de la part de Couche-Tard depuis l'annonce du rejet de l'offre, mardi.

Bourse: Wall Street quasi-stable à la clôture, scrutant le front commercial

09:35 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Le chemin a été assez cahoteux cette semaine ».