Therrien Couture, la petite firme qui monte, monte

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

Therrien Couture, la petite firme qui monte, monte

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

« Si on offre aux PME en région des services aussi complets et d’aussi grande qualité qu’à Québec ou à Montréal, elles seront preneuses. » – Normand Therrien, chef de la direction, Therrien Couture.

En cinq ans, Therrien Couture a ouvert trois bureaux et son effectif a grimpé de près de 80 %, ce qui en fait le cabinet juridique ayant la plus forte progression parmi le Top 30 des cabinets d'avocats de Les Affaires. Il a grimpé de quatre places depuis l'année dernière.


Retour au dossier Les grands du droit


Comptant 142 employés, il fait maintenant partie des plus grands cabinets provinciaux, pas loin derrière les Lapointe Rosenstein Marchand Melançon et Dunton Rainville. «Chaque fois que nous arrivons dans un nouveau marché géographique, nous recevons des appels d'avocats qui veulent se joindre à nous», dit Normand Therrien, associé et chef de la direction.


Le bureau de Laval illustre bien cet engouement. Il a été ouvert au début 2015 à la suite de l'acquisition de Thibault Avocats et de la société Édilex (formation en ligne, modèles de contrat, documentation automatisée). L'effectif est passé de 15 à 36 personnes, et le bureau a déjà dû s'installer dans des locaux plus vastes. «Je me demande même si nous ne devrons pas exercer bientôt notre option sur le quatrième étage», s'interroge M. Therrien, qui a fondé le cabinet en 1994 à Saint-Hyacinthe avec Jean-Luc Couture.


Un effet d'embrasement


C'est l'ouverture d'un deuxième bureau à Brossard en 2011 qui a accéléré la croissance du cabinet. «Nous avions déjà une large clientèle sur la Rive-Sud, et elle a encore grandi avec notre arrivée dans un emplacement plus central», souligne M. Therrien.


Peu après, l'intégration de deux petits cabinets et l'ouverture d'un bureau à Sherbrooke ont eu un «effet d'embrasement», poursuit-il. «Nous avons gagné de l'expertise et une plus grande capacité à attirer des talents. De plus, nous avons eu la masse critique nécessaire pour former des équipes de spécialistes, en droit fiscal notamment. Cela nous a permis de décrocher des mandats plus sophistiqués.»


En devenant membre du réseau international de cabinets indépendants USLAW, Therrien Couture a aussi été en mesure de mieux servir ses clients qui font des affaires à l'étranger.


Des unités d'affaires à dimension humaine et «une offre de service d'aussi grande qualité que celle des grands cabinets», selon l'associé, contribuent à l'attrait exercé par la firme auprès des avocats et des clients. «À part le droit de l'environnement et les brevets, nous pouvons satisfaire plus de 90 % des besoins des entreprises en droit des affaires», dit celui qui vient de recruter deux avocats, respectivement de Gowlings et de Lavery.


Therrien Couture vient même de s'adjoindre un avocat en droit pénal et criminel. «C'est pour servir nos clients d'affaires qui se retrouvent avec des accusations de facultés affaiblies, de voies de fait, ou dont l'enfant se fait prendre avec une petite quantité de drogue», explique M. Therrien.


Culture de croissance du capital


Particularité : une partie des profits sont réinvestis dans la boîte plutôt que d'être partagés avec les associés. De plus, le personnel peut souscrire à des actions privilégiées. «Nous avons une culture de croissance du capital, souligne le chef de la direction. Ce qui est bon pour les entreprises l'est aussi pour les cabinets d'avocats. Sans ce modèle, nous n'aurions pas pu soutenir notre progression.»


Depuis quatre ans, le chiffre d'affaires a été multiplié par cinq.


Le cabinet se démarque avec une équipe de six personnes qui se consacrent au développement des affaires. «L'approche par réseautage des avocats se poursuit, mais la vie s'est accélérée et les clients ont moins de temps pour aller luncher le midi, constate M. Therrien. Nous avons professionnalisé la vente de nos services en embauchant des gens spécialisés en communication, en gestion et en marketing.» Ceux-ci sont chargés de comprendre les besoins des clients, de présenter les services de la firme et de soutenir les avocats dans la gestion de leurs relations clients.


Par ailleurs, l'achat d'Édilex a permis au cabinet de se positionner en matière de technologies juridiques. Il analyse maintenant ses options en matière de services juridiques en ligne. «Comme c'est appelé à prendre de l'ampleur, nous songeons à en faire un axe de développement.»


Viser le Québec


Therrien Couture poursuit son expansion et entend devenir un acteur important de la consolidation des services juridiques au Québec.


«Si on offre aux PME en région des services aussi complets et d'aussi grande qualité qu'à Québec ou à Montréal, elles seront preneuses, affirme Normand Therrien. Je regarde un modèle d'entreprise comme Deloitte en comptabilité, qui a 29 bureaux au Québec, et je crois qu'un cabinet d'avocats pourrait en avoir de 15 à 20. À côté des cabinets nationaux qui se concentrent dans les grands centres, il reste un modèle à développer.»


La prochaine étape ? S'implanter dans la région de Québec cette année ou en 2017. Pour ce faire, Therrien Couture cherche à intégrer un cabinet comptant de 8 à 15 professionnels.


Retour au dossier Les grands du droit



image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Edilex démocratise la rédaction juridique

07/02/2019 | Anne-Marie Luca

PME DE LA SEMAINE. L’entreprise lavalloise souhaite conquérir les domaines privés et institutionnels.

Les programmes de diversité et de parité se multiplient

Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne

Plusieurs organismes proposent des programmes pour favoriser la diversité et la parité dans les entreprises privées ...

OPINION Avocat performant et parent présent, c'est possible !
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne
Me Mylany David, avocate d'énergie
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne
Me Barbara Sheng, avocate polyglotte
Édition du 12 Janvier 2019 | Jean-François Venne

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.