Langlois avocats se donne une nouvelle image et nourrit de grandes ambitions

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

Langlois avocats se donne une nouvelle image et nourrit de grandes ambitions

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Juin 2016

« Plus nous sommes compétents, plus nous générons du volume d’affaires. » – Jean-François Gagnon, associé directeur.

Changement de nom, nouvelle image, déménagement, ouverture d'un bureau à Lévis, recrutement d'une quinzaine d'avocats en un an : ça bouge chez Langlois avocats. La firme a fait un gain de trois places en 2016 au classement Les Affaires pour se hisser au 10e rang. «Notre cabinet figure parmi les meilleurs cabinets indépendants du Québec et, d'ici cinq ans, nous voulons qu'il soit le meilleur», affirme Jean-François Gagnon, associé directeur.

Retour au dossier Les grands du droit

Le cabinet a aussi grimpé de deux places dans le palmarès des meilleurs cabinets régionaux de la province de la publication Canadian Lawyer, atteignant le deuxième rang, derrière Lavery. Parmi la clientèle de Langlois, on retrouve Bombardier Aéronautique, Desjardins, Intact Assurance et Volvo Canada.

Depuis janvier, l'ancien Langlois Kronström Desjardins a adopté un nom plus court, plus facile à retenir. Pour marquer ce changement, il a quitté ses bureaux de la tour Scotia pour s'installer boulevard René-Lévesque Ouest où il dispose de plus d'espace pour poursuivre sa croissance.

Récemment, il a aussi ouvert un bureau à Lévis pour se rapprocher de plusieurs clients de longue date, dont la ville et la société de transport de Lévis.

Objectif : 150 avocats d'ici cinq ans

Le cabinet, qui emploie 110 avocats à ses bureaux de Montréal, Québec et Lévis, veut en compter autour de 150 d'ici cinq ans. Il vient d'accueillir Mylany David, spécialisée en droit commercial et immobilier, précédemment chez Dentons.

L'avocate, qui jouit d'une grande réputation dans le secteur des énergies renouvelables, constitue un atout de taille pour l'équipe de droit des affaires du bureau de Montréal que Langlois veut enrichir de 10 avocats séniors cette année. «J'ai été séduite par l'intégrité, l'excellence et l'approche axée sur l'entrepreneuriat de Langlois, dit la nouvelle associée de 40 ans. De plus, j'arrive à une étape de ma carrière où je souhaite exercer mon leadership et mon pouvoir d'influence, et contribuer à développer de nouveaux talents. Dans une boîte mondiale, le cercle d'action est plus limité.»

L'avocat en litige financier Sean Griffin, auparavant chez McCarthy Tétrault, se joint également ces jours-ci à Langlois. Au total, une vingtaine d'avocats devraient grossir les rangs du cabinet cette année. Pour ce qu'il appelle le «recrutement latéral», Jean-François Gagnon dit agir avec une grande prudence. «Nous sommes ouverts au métissage, mais nous voulons préserver notre culture de gens qui ont un esprit d'entrepreneur, qui sont dédiés aux clients et qui placent l'équipe avant l'individu.»

Même s'il recrute ailleurs, le cabinet mise aussi sur une croissance interne. «Le développement des affaires, nous le faisons en augmentant les compétences de nos avocats, indique M. Gagnon. Plus nous sommes compétents, plus nous générons du volume d'affaires.»

Pendant les trois premières années de Barreau, les jeunes avocats disposent ainsi d'un programme d'accompagnement et de développement personnalisé. Ils profitent également d'un programme de parrainage de trois ans, pendant lequel un collègue expérimenté les aide à intégrer la profession et à améliorer leurs habiletés. Par la suite, ils peuvent avoir un mentor parmi les avocats expérimentés ou un coach externe. «Nous voulons des gens qui ont la volonté de faire progresser le bureau et qui démontrent autant de savoir-être que de compétences professionnelles», dit M. Gagnon.

Langlois avocats se positionne comme une solution supérieure à celle des cabinets nationaux, selon M. Gagnon. «Nous offrons la même qualité de services à un prix plus abordable, parce que notre structure administrative est beaucoup plus souple.»

Retour au dossier Les grands du droit

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.