Une industrie en pleine mutation

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Octobre 2019

Une industrie en pleine mutation

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Octobre 2019

«Depuis dix ans, notre chiffre d'affaires a triplé, passant de 50 à 150 millions de dollars, et nous visons des revenus de 250 M $ en 2022», selon Martin Plante, directeur général chez Citadelle. (Photo: courtoisie)

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. Environ 70 % de la production agricole de la province est transformée, selon le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ). C'est dire l'importance de l'industrie de la transformation alimentaire au Québec. Celle-ci rencontre par ailleurs son lot de défis, qui l'amènent à évoluer.

Les demandes des consommateurs pour des produits naturels et les mises en garde du plus récent Guide alimentaire canadien au sujet des aliments ultratransformés créent une pression sur les transformateurs pour modifier leurs ingrédients et leurs processus. Sans compter que certaines catégories d'aliments autrefois de niche - bio, végétalien, sans gluten - deviennent des marchés de masse, ce qui exige de produire à plus grande échelle.

L'industrie de la transformation alimentaire n'en continue pas moins de croître. Les données compilées par Les Affaires montrent que les 30 plus grandes entreprises du domaine emploient 7 % de travailleurs de plus cette année qu'en 2018. Elles comptent désormais 22 263 employés, dont plus de la moitié travaille dans les six plus grandes entreprises listées. Un peu plus d'un an après la fusion entre Keurig Green Mountain et Dr Pepper Snapple Group, la nouvelle entité compte 1 008 employés au Québec (27,3 % de plus qu'en 2018). Elle pointe au sixième rang de notre classement, qui reste dominé par Agropur (4 134 employés, en hausse de 11,9 %). Exceldor a aussi connu une forte progression (+ 23,1 %) et se classe deuxième, avec 2 400 travailleurs.

Revenus en forte hausse

C'est chez des joueurs de taille plus modeste que l'on retrouve les plus fortes progressions du nombre d'employés. Fruit d'Or en compte maintenant 320 (+ 36,2 %), alors qu'on en dénombre 269 (+ 28,7 %) chez Citadelle. D'ailleurs, cette coopérative de producteurs de Plessisville, dans le Centre-du-Québec, ne cache pas ses ambitions. «Depuis dix ans, notre chiffre d'affaires a triplé, passant de 50 à 150 millions de dollars, et nous visons des revenus de 250 M $ en 2022», confie son directeur général, Martin Plante.

Connue pour ses produits de l'érable, Citadelle est entrée au cours des dernières années dans deux nouveaux secteurs. Elle est devenue un joueur majeur dans la production de canneberges entières, ainsi que le plus important transformateur de miel biologique du Canada, depuis l'acquisition des Ruchers Promiel en novembre 2017.

En avril, la coopérative a annoncé des investissements de 4,9 M $ destinés à acquérir des équipements et à moderniser ses usines d'Aston-Jonction et de Plessisville. «Cela nous a permis de décrocher un contrat important avec Coca-Cola, que nous fournissons en jus de canneberge 100 % pur, souligne M. Plante. Nous préparons aussi une grande partie des desserts de la chaîne de restaurants Pacini.»

L'engouement pour la canneberge a aussi profité à Fruit d'Or, qui a pignon sur rue à Villeroy, aussi dans le Centre-du-Québec. Les ventes de l'entreprise augmentent en moyenne de plus de 15 % par année depuis plusieurs années. Et leur offre se diversifie. Les produits séchés à froid ou lyophilisés, les purées et les jus pressés à froid ont la cote, tout comme la poudre et l'huile de pépins de canneberge, des nutraceutiques. «Nous investissons chaque année pour améliorer nos capacités de production et soutenir cette croissance, explique son président et fondateur, Martin Le Moine. Cette année, nous y avons consacré 7 M $.»

Fruit d'Or a aussi fait une percée sur le marché des bleuets, avec la prise de participation majoritaire dans Bleuets Mistassini et Bleuets Nordic l'an dernier. L'entreprise vend un peu plus de 70 % de ses produits aux États-Unis et en Europe, mais aussi 10 % en Chine, un marché en croissance.

Bonduelle Amériques surfe de son côté sur la tendance à la consommation végétale et biologique. Elle enregistre une croissance d'environ 10 % par année depuis sept ans. «Le régime végétal permet de mieux nourrir les gens et de le faire de manière plus écologique et durable, et Bonduelle est bien placée pour y contribuer», avance son PDG, Daniel Vielfaure.

L'entreprise mène plusieurs projets d'innovation. Ce n'est pas un hasard si la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire du Canada, Marie-Claude Bibeau, a choisi l'usine Bonduelle de Bedford, en Montérégie, pour annoncer un investissement de 4,6 M$ dans la nouvelle grappe de recherche intitulée «Utiliser la science et l'innovation pour renforcer le secteur alimentaire à valeur ajoutée du Canada». Dans le cadre de ce programme, Bonduelle et Exceldor s'associent dans un projet visant à remplacer les produits chimiques en usine par des micro-organismes inoffensifs destinés à éliminer les micro-organismes dangereux, comme la salmonelle.

Il restera à l'industrie de la transformation alimentaire à s'adapter aux changements climatiques. «Il se passe quelque chose, on le voit dans nos champs, note M. Vielfaure. Il y a beaucoup plus d'événements climatiques extrêmes. Les modèles climatiques que l'on utilisait ne sont plus adaptés, et il faut les mettre à jour.»

À la une

Hydrogène vert et biocarburants: une future stratégie interventionniste

22/10/2021 | François Normand

ANALYSE. Les Affaires dévoile les grandes lignes de la stratégie que Québec annoncera dans les prochaines semaines.

Bourse: Le Dow Jones conclut sur un record mais la tech s'est repliée

Mis à jour le 22/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en légère hausse grâce au secteur de l'énergie.

Titres en action: Corus, Schlumberger, Continental, Honeywell, ...

22/10/2021 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.