Construction: des firmes qui ne cessent de croître

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mars 2019

Construction: des firmes qui ne cessent de croître

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mars 2019

Plusieurs firmes ont vu leur nombre d’employés augmenter. La plus forte hausse a été enregistrée chez Coffrages Synergy, qui est passé de 324 à 749 employés.

LES GRANDS DE LA CONSTRUCTION. L'année 2019 est une grande année pour le secteur de la construction. Non seulement celui-ci a renoué solidement avec la croissance, mais il devrait également avoir sa grappe cet été. Survol des plus grands employeurs du secteur, de leurs plus gros projets, et de la grappe qui s'apprête à voir le jour.

Consultez notre classement

La pénurie de main-d'oeuvre, un défi dans le secteur de la construction ? Certes, répondent nombre de firmes. Reste que, malgré les difficultés de recruter, plusieurs grands employeurs de la province ont définitivement percé le mystère de l'attractivité et profitent de l'effervescence dans le secteur.

Selon des chiffres compilés par Les Affaires, sur les 30 plus grands employeurs du secteur de la construction du Québec, 21 d'entre eux ont réussi à augmenter leur nombre d'employés entre 2018 et 2019. Sept firmes seulement ont vu le nombre de travailleurs reculer alors que deux ont vu leurs effectifs se maintenir. Au total, les sociétés figurant au classement engagent cette année 22 597 employés, soit 1 732 de plus que l'an dernier, une hausse de 8,3 %.

EBC se retrouve au sommet de la liste avec ses 2 044 employés, soit 194 de plus qu'en 2018. La seconde plus importante firme est Pomerleau, qui compte cette année 1 968 employés dans la province, et ce, malgré une baisse de 3,1 % de ses effectifs par rapport à l'an dernier. Troisième au classement, TCI a quant à elle vu son nombre d'employés reculer de 39 %, de loin la plus forte baisse enregistrée, portant ainsi le total à 1 800. En avril dernier, le groupe de BTP et concessions Vinci annonçait avoir signé au Canada, par sa filiale Eurovia, un accord pour l'acquisition de l'entreprise québécoise de travaux publics TNT. Jusque-là filiale de TCI, la société comptait alors 430 salariés. La firme Eurovia se retrouve d'ailleurs juste sous TCI, en quatrième position, avec quelque 1 760 employés en 2019, contre 1 200 en 2018.

En forte progression

Plusieurs firmes ont vu leur nombre d'employés augmenter, mais certaines bien plus que d'autres.

La plus forte hausse a été enregistrée chez Coffrages Synergy, qui arrive en onzième place au classement. Le nombre d'employés de la firme de Lavaltrie est ainsi passé de 324 à 749, une progression de 131,2 %. La seconde plus forte hausse concerne Omega II, qui arrive en 18e position au classement. Son nombre d'employés est passé de 280 à 445 entre 2018 et 2019, une hausse de 58,9 %. Eurovia présente pour sa part la troisième plus forte hausse avec 46,7 %.

Les sept autres entreprises faisant partie des dix firmes ayant connu la plus forte hausse sont Telecon (43,5 %), le Groupe Atwill-Morin (40,8 %), Roxboro Excavation (33,3 %), Coffrage LD (30,9 %), Lambert Somec (30,2 %), Canmec (26,8 %) et Groupe AGF (24,8 %). François Vallières, le vice-président exécutif d'Armatures Bois-Francs, explique que l'industrie dans son ensemble connaît une forte période de croissance en raison du grand nombre de projets en cours. En tout cas, c'est ce qui explique que son entreprise ait pu faire passer son nombre d'employés de 353 à 405, une hausse 14,7 %, ce qui la place en 20e position. «Nous aurions même eu assez de projets pour être 600 travailleurs, mais nous n'en avons pas trouvé assez, dit M. Vallières. Alors on cherche à l'international.» Il s'attend d'ailleurs à ce que les années qui viennent continuent de présenter de belles occasions pour l'industrie. Selon lui, «c'est reparti» pour trois à cinq ans de croissance, avec des projets de grande envergure comme les rénovations du tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine et de l'autoroute Métropolitaine, ou encore la réfection d'un bon nombre d'écoles et d'hôpitaux.

«Nous restons optimistes, dit M. Vallières. Même si c'est difficile de trouver de la main-d'oeuvre, cette croissance-là dans l'industrie, ça fait du bien. On l'attendait depuis longtemps.»

Quelques baisses

Toutes les entreprises n'ont pas vu leur nombre d'employés augmenter.

Dans certains cas, les effectifs se sont simplement maintenus. Les deux seules firmes qui ont vu leur nombre d'employés demeurer stable sont Guay [17e], qui compte aujourd'hui toujours 500 employés, et Canatal [21e], qui recense cette année 400 travailleurs, comme l'an dernier.

Sept firmes ont cependant connu une réduction de leur personnel. La plus forte a été enregistrée chez TCI [3e], avec -39,0 %. La seconde a été enregistrée chez CRH Canada [6e]. Le nombre d'employés de la firme est ainsi passé de 1 200 à 1 000 entre l'an dernier et cette année, une baisse de 16,7 %. La troisième plus forte baisse concerne TBC Constructions, dont le nombre d'employés au Québec était de 390 en 2018. En 2019, elle engageait 335 employés dans la province, une baisse de 14,1 % qui la place 27e au classement. La quatrième plus forte baisse a été observée chez Gastier M.P., qui se positionne en 21e position. Son nombre d'employés est passé de 440 à 400, reculant ainsi de 9,1 %.

Les trois autres baisses concernent les entreprises Pomerleau (-3,1 %), laquelle arrive en seconde position, Honco (-3,0 %), 24e avec 388 employés, et Multiver, qui arrive en 26e position avec une baisse du nombre d'employés de 350 à 348, soit -0,6 %.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».

Des investissements privés de près de 5G$ au Québec qui promettent

BLOGUE. Produira-t-on d’ici trois ans du biodiésel fait à base de résidus de coupes ...

À la une

Pourquoi le risque d'une guerre avec l'Iran est faible

22/06/2019 | François Normand

ANALYSE - Les tensions sont vives, mais ni Washington ni Téhéran ont intérêt à déclencher une guerre. Voici pourquoi.

Bourse: les années nous enseignent ce que les jours ignorent

21/06/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Depuis combien de temps investissez-vous en Bourse?

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

21/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?