La vente du Carrefour de l'Estrie s'invite dans le top 5

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Novembre 2019

La vente du Carrefour de l'Estrie s'invite dans le top 5

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Novembre 2019

Par Claudine Hébert

Groupe Mach souhaite transformer le ­Carrefour de l’Estrie en un nouveau quartier multiusage. (Photo: courtoisie)

LES GRANDS DE L'IMMOBILIER. À l'ère d'Amazon, les centres d'achat ne constituent pas la «saveur du mois» auprès des grands investisseurs immobiliers, concède d'emblée Vincent Chiara, président du Groupe Mach. Pourtant, son entreprise a versé 236 millions de dollars au printemps dernier afin de se porter acquéreur du Carrefour de l'Estrie, à Sherbrooke.

Le changement de propriétaire de cette place commerciale, qui était la propriété à parts égales d'Ivanhoé Cambridge et de l'Office d'investissement du fonds du régime de pensions du Canada (OIRPC), représente la quatrième plus importante transaction immobilière commerciale de notre classement 2019 Les Affaires-JLR Solutions foncières. C'est également la seule du top 10 qui a eu lieu à l'extérieur de l'île de Montréal.

Pourquoi le Groupe Mach a-t-il choisi d'aller contre la tendance ? «Le commerce de détail, plus précisément les centres commerciaux fermés, a un avenir en région», croit M. Chiara. Le bâtiment d'une superficie de 1,2 million de pieds carrés est unique dans le grand Sherbrooke et ses environs. Il abrite entre autres les bannières L'entrepôt Rona, Simons, Super C, Best Buy et Sports Experts. «Situé en bordure de l'autoroute 410, le Carrefour de l'Estrie a été fréquenté par plus sept millions de visiteurs en 2018. Il évolue dans un marché captif de plus de 400 000 consommateurs», indique l'investisseur. M. Chiara se dit d'ailleurs très satisfait du coût de la transaction. Juste avant l'achat, la valeur du Carrefour de l'Estrie était estimée à plus de 335 M $, selon l'évaluation municipale.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul centre commercial dont le Groupe Mach s'est porté acquéreur au cours de la dernière année. L'entreprise

montréalaise est également devenue propriétaire du Faubourg de l'Île, à Pincourt - qui a récemment perdu la bannière Walmart - et du Cornwall Square Mall, à Cornwall, en Ontario. Les centres d'achat fermés correspondent désormais à plus de 25 % du portefeuille immobilier du Groupe Mach, qui cumule plus de 30 millions de pieds carrés.

Un investisseur qui aime le goût du risque

Pour plusieurs experts, notamment Sylvain Leclair, du Groupe Altus, l'investissement du Groupe Mach est audacieux. «Il s'inscrit néanmoins dans la nouvelle tendance de ces investisseurs qui prennent le pari de vouloir repositionner les centres commerciaux à l'ère du commerce en ligne», souligne M. Leclair. «Les gestionnaires de centres commerciaux nord-américains ont fortement été touchés avec les faillites de Sears, de K-Mart et de JC Penney. Plus particulièrement ceux qui avaient ces trois bannières sous leur toit, concède le président du Groupe Mach. Le Carrefour de l'Estrie avait d'ailleurs une bannière Sears, mais nous avons déjà des plans pour combler cette perte.»

Son entreprise souhaite en effet transformer le Carrefour de l'Estrie en un nouveau quartier multiusage à la fois résidentiel et commercial, le tout bonifié par des activités de divertissement. «Les centres commerciaux traditionnels doivent s'adapter aux nouvelles réalités ; ils doivent devenir des milieux de vie où ça bouge à toute heure du jour», soutient M. Chiara.

L'investisseur compte justement injecter plusieurs dizaines de millions de dollars dans le repositionnement du Carrefour de l'Estrie. Il maintient qu'il y a encore plus de 700 000 pieds carrés d'espace vacants pour de futurs développements.

«C'est une très bonne nouvelle pour l'urbanisme commercial de Sherbrooke», commente Charles-Olivier Mercier, directeur général de Commerce Sherbrooke. Cette transaction, ajoute-t-il, a un large potentiel de développement, de diversification et de densification sur l'un des plus grands terrains commerciaux de la ville.

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un centre de distribution «plus grand que nature» pour Sail à Longueuil

05/12/2019 | Les Affaires

IMMOBILIER COMMERCIAL. De l’entrepôt géant à la montagne. L’expérience «plein air» connaît un essor impressionnant...

À la une: les PDG de l'année «Les Affaires»

Édition du 07 Décembre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

07/12/2019 | François Normand

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...