Des gestionnaires de RPA très actifs en immobilier commercial

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Novembre 2019

Des gestionnaires de RPA très actifs en immobilier commercial

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Novembre 2019

Par Claudine Hébert

Le secteur multirésidentiel représente désormais 10 % du portefeuille de Groupe Sélection qui développe, entre autres, ­Rosemont ­Les ­Quartiers, à ­Montréal (notre photo). (Photo: courtoisie)

LES GRANDS DE L'IMMOBILIER. Groupe Maurice, Groupe Sélection, Cogir... les grands gestionnaires de résidences privées pour aînés (RPA) ont, eux aussi, pris part à la bouillonnante activité immobilière commerciale de l'année 2019.

Bien qu'elle soit qualifiée de transaction d'affaires (elle ne figure pas au registre foncier, ce qui l'exclut donc de notre classement), la vente de 85 % des parts du Groupe Maurice (quatrième plus important propriétaire de RPA du Québec) à la fiducie de placement immobilier Ventas pour la somme de 2,4 milliards de dollars, flirte avec la transaction immobilière. Cette entente, insiste-t-on chez Groupe Maurice, n'implique d'ailleurs que la détention des bâtiments. «L'arrivée de Ventas à titre de partenaire financier du Groupe Maurice survient au terme de l'expiration de l'entente avec la société d'investissement Ipso Facto, qui était partenaire du gestionnaire depuis plus de quinze ans», fait savoir le fondateur Luc Maurice.

Ventas est l'une des plus importantes fiducies de placement immobilier (FPI) du monde, détenant plus de 1 200 propriétés aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Elle collabore avec plus de 200 gestionnaires de parcs immobiliers de premier plan, dont fait partie maintenant le Groupe Maurice.

Cogir Immobilier agrandit son réseau

Troisième plus important propriétaire de RPA du Québec, Cogir Immobilier prend place, pour sa part, au huitième rang de notre classement. Au cours de l'année, l'entreprise, qui détient une quarantaine de RPA au Québec, a agrandi son réseau en achetant Cité Rive, une résidence de 850 logements, située sur le boulevard Gouin, à Montréal, pour la somme de 135 M$. On y trouve quelques commerces au rez-de-chaussée, dont un dépanneur et une pharmacie.

«Cette acquisition permet d'augmenter notre présence sur l'île de Montréal, plus particulièrement sur le boulevard Gouin, qui représente la plus grande artère du Canada pour le nombre de RPA», indique Mathieu Duguay, président et chef de la direction de Cogir Immobilier. Cogir, poursuit-il, continuera d'investir en 2020 dans plusieurs autres projets immobiliers commerciaux, notamment la construction du Jazz Brossard, une résidence nouveau genre pour retraités, située au coeur du nouveau quartier multiusage Solar Uniquartier que développe Devimco. L'entreprise participe également au développement du projet immobilier multiusage Humaniti, au centre-ville de Montréal.

Coup de circuit pour le Groupe Sélection

Autre joueur du secteur RPA très actif en immobilier commercial en 2019, le Groupe Sélection. L'entreprise s'est offert tout un cadeau d'anniversaire pour sa trentième année de création. Le deuxième plus important gestionnaire de RPA du Québec, avec plus de 40 RPA, a acheté le terrain de la Brasserie Molson, rue Notre-Dame, à Montréal. Conclue en juin dernier, cette transaction de 126 M$ a permis à l'entreprise de devenir propriétaire de quelque 1,2 million de pieds carrés de superficie, ce qui en fait la 9e plus importante transaction immobilière commerciale de l'année au sein de notre classement Les Affaires-JLR.

«C'est un véritable coup de circuit. Il s'agit, pour nous, d'une transaction historique. Jamais nous n'avions payé aussi cher pour acquérir un terrain», soutient Philippe-Olivier Bouclin, vice-président, Développement chez Groupe Sélection. Selon le gestionnaire immobilier, ils étaient au moins une dizaine d'investisseurs intéressés par ce terrain. «Nous ne devions certainement pas figurer en haut de la liste au début des négociations. Nous sommes donc allés chercher des partenaires tels Montoni et le fonds immobilier de la FTQ pour créer un consortium. Un élément qui a sans doute fait pencher la balance en notre faveur», estime M. Bouclin.

Pour le moment, aucun plan n'a été divulgué. Le nouveau complexe immobilier devra d'ailleurs obtenir l'aval de la Ville de Montréal avant la première pelletée de terre. Une condition qui figure au contrat. «Ce que l'on souhaite tout de même, c'est de pouvoir construire autour de 5 000 logements multigénérationnels qui s'inspirent de nos marques Yimby, REZ, Fridöm et bien sûr Sélection Retraite. Nous prévoyons également aménager un espace vert sous forme de promenade fluviale qui redonnera l'accès au fleuve aux résidents du futur complexe ainsi qu'à la population qui habite autour», soulève-t-il.

Le secteur multirésidentiel représente désormais 10 % du portefeuille de l'entreprise qui développe, entre autres, le secteur District Union, à Terrebonne, et Rosemont Les Quartiers, à Montréal. Un pourcentage, conclut M. Bouclin, que Groupe Sélection souhaite voir tripler au cours des trois prochaines années.

Sur le même sujet

L'immobilier canadien est-il au bord du gouffre?

FBN Économie et Stratégie anticipe un recul de près de 10% du marché immobilier au Canada.

Vous achetez une maison avec votre conjoint?

EXPERT INVITÉ. L’évolution du mode de vie peut avoir des conséquences financières graves pour certains d’entre nous.

À la une

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?