PODCAST | Pas ce soir chéri(e), j'ai mal à la tête

Publié le 27/09/2017 à 10:02

PODCAST | Pas ce soir chéri(e), j'ai mal à la tête

Publié le 27/09/2017 à 10:02

Par Matthieu Charest

Les Dérangeants prennent un verre avec la sommelière de renommée internationale Véronique Rivest, qui a développé son flair entrepreneurial en fondant Soif bar à vin. Carlo Coccaro, Alex Mensi et Noah Redler participent ensuite au débat « Chéri(e), j’ai pu le goût ». 


À écouter dès maintenant



Chers entrepreneurs, vous êtes sexy. Vous êtes belles, vous êtes beaux. Vous êtes désirés. Au point où, sur l'application de rencontre Tinder, les profils de ceux qui se décrivent comme entrepreneurs ou fondateurs se classent parmi les plus aimés des utilisateurs. Selon le magazine Times, les hommes entrepreneurs arrivent en deuxième position des professions les plus recherchées. Les femmes, en troisième place. Pas mal du tout.



Le hic, c'est que vous n'avez pas le temps de vous enfler la tête avec ça. Vous avez déjà assez de mal à passer des moments de qualité en famille, en couple, ou même à chercher un partenaire de vie. La question se pose : est-ce que les sacrifices inhérents à l'entrepreneuriat ont tué la conciliation travail-famille ?


En effet, même si se lancer en affaires présente des avantages, l'entrepreneuriat pèse très lourd sur les sphères familiale et relationnelle. Jongler entre le couple, la famille et l'autre bébé - l'entreprise - peut se révéler ardu. Pour 48 % des propriétaires de petites entreprises canadiennes, le stress (professionnel) se répercutait sur d'autres aspects de leur vie, selon un sondage mené par American Express et rapporté par le CPA Magazine. La même étude a révélé que si «la majorité [des entrepreneurs] reconnaissent l'importance de la conciliation travail-famille, 58 % sont incapables de prendre congé sans éprouver de la culpabilité et 63 % consultent leur téléphone chaque jour pendant leurs vacances».


Selon la psychologue Esther Perel, «gérer une entreprise sans endommager sa vie amoureuse n'est pas chose facile. Plusieurs mettent toute leur énergie, toute leur créativité dans leur travail et n'ont plus de passion à la maison», a publié le magazine Fast Company. Mme Perel conseille d'ailleurs aux entrepreneurs de fermer leurs écrans une fois rentrés chez eux. Bref, il faut effectuer une coupure.


L'entrepreneuriat, le couple et les enfants, c'était justement le thème de la discussion de l'édition la plus récente de l'émission de radio numérique Les Dérangeants, proposée sur iTunes et lesaffaires.com, notamment.


Inutile burn-out


«Tu ne peux pas tout faire !» a lancé Noah Redler pendant l'émission. Selon le fondateur d'Arche Innovations, «quand tu as ton entreprise, il y a toujours une nouvelle tâche, une nouvelle chose à faire. À un moment donné, tu dois t'arrêter. Faire un burn-out, ça ne servira certainement pas ton entreprise. Tu dois trouver du temps, dégager des plages horaires pour toi, pour ta vie de couple», a-t-il ajouté.


C'est possible de concilier travail, famille et amours, pense-t-il. «J'ai travaillé avec une femme formidable, Natalie Voland de Gestion immobilière Quo Vadis, qui amenait ses enfants au bureau. Elle arrivait à jongler avec ses rôles de mère et de femme d'affaires.»


Pour Carlo Coccaro, PDG de Math et Mots Monde, sa famille lui a plutôt servi de moteur pour atteindre le succès. «Le fait de vouloir subvenir aux besoins de mes enfants, c'est un moteur formidable pour réussir, a-t-il dit. C'est sûr que, comme entrepreneur, tu as moins de temps, mais tu apprends à établir des priorités. Quand tu as du temps, tu dois faire en sorte qu'il soit de qualité», a ajouté M. Coccaro.


Notre autre membre des Dérangeants, Alex Mensi, cofondateur de Mango Software, avoue sans détour : «Je n'ai pas pris de vacances depuis trois ans, mais je pense quand même qu'il y a des avantages à être entrepreneur. Par exemple, quand ma fille a un rendez-vous chez le dentiste l'après-midi, je peux y aller sans devoir demander la permission.»


Les auteurs d'une étude de l'Université Laval datant de 2015 ont d'ailleurs trouvé que 25 % des femmes entrepreneures avaient choisi de se lancer en affaires justement pour concilier le travail et la famille. Fait intéressant, la proportion chez les hommes n'est que de 6,8 %.


Bref, en ce qui concerne l'épineuse question de la conciliation travail-famille, il n'y a pas de recettes miracles, sinon de se rappeler qu'il y a une vie après le travail et que cette vie mérite quelques plages horaires immuables.


Épisode 8 - Pivote, pis ça presse !


Les Dérangeants apprivoisent un Dragon: l’entrepreneur et investisseur Serge Beauchemin, qui nous présente sa théorie des 5 P. Marie-Philip Simard, Noah Redler et notre nouvelle recrue Marie-Claude Duquette (bienvenue!) participent ensuite au débat «Pivote, pis ça presse».



La rentrée des Dérangeants


L'émission de radio numérique réunit de jeunes entrepreneurs du Québec qui parlent sans détour des affres du métier. Avec beaucoup de culot, mais pas encore avec autant de sagesse. Si vous avez besoin de révisions, les 5 premiers épisodes de la saison du printemps sont à écouter ici.


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.