Agnico Eagle achète des actifs de Corporation Canadian Malartic

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Janvier 2018

Agnico Eagle achète des actifs de Corporation Canadian Malartic

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Janvier 2018

Par Les Affaires

Les huit mines d’Agnico Eagle sont situées au Canada, en Finlande et au Mexique.

Agnico Eagle annonce qu'elle a convenu d'acquérir la totalité des actifs d'exploration canadiens de Corporation Canadian Malartic. Cette transaction comprend notamment les projets aurifères Kirkland Lake et Hammond Reef, en Ontario.

Le projet Kirkland Lake est constitué d'une trentaine de propriétés qui totalisent une superficie d'environ 240 km2, situées à 80 km à l'ouest de Rouyn-Noranda. Une dizaine de gisements aurifères s'y trouvent, notamment dans les propriétés Upper Beaver, Bidgood et Canadian Kirkland. Pour sa part, le projet aurifère Hammond Reef est situé à 200 km à l'ouest de Thunder Bay, en Ontario. Ce gisement présente un potentiel d'exploitation à ciel ouvert, et Osisko y a déjà effectué plus de 330 000 mètres de forage avant la création du Parteneriat Canadian Malartic.

Rappelons que Corporation Canadian Malartic est une société détenue et exploitée à parts égales par Agnico Eagle et par Yamana Gold Inc. Agnico Eagle acquerra la participation de 50 % de Yamana dans les actifs d'exploration canadiens de Canadian Malartic pour un montant de 162,5 M$ US.

Il est à noter que la transaction n'aura pas d'incidence sur les activités de la mine Canadian Malartic et sur les actifs connexes, y compris Odyssey, East Malartic, Midway et East Amphi, qui continueront d'être détenus et exploités conjointement par Agnico Eagle et Yamana. ­LES AFFAIRES PRO

Abonnement Les Affaires Pro

Corporation ­Aurifère ­Monarques acquiert des propriétés de ­Agnico ­Eagle

La société annonce l’acquisition des propriétés ­McKenzie ­Break et ­Swanson, deux gîtes aurifères à proximité des usines ­Beacon et ­Camflo, détenues à 100 % par ­Monarques.

Situés à faible profondeur, ces gîtes pourraient éventuellement alimenter l’usine ­Beacon. La prochaine étape pour ­Monarques consistera à valider, selon la norme ­NI ­43-101, les estimations historiques des deux gîtes et à étudier les options possibles pour éventuellement extraire ces ressources.

Afin d’acquérir les propriétés ­McKenzie ­Break et ­Swanson, ­Monarques devra payer à ­Agnico un montant total de 4,6 M $, dont 1,6 M $ sera payable au comptant et 3 M $ en actions ordinaires de la ­Société sur une période de quatre ans. De plus, ­Agnico recevra une redevance sur les revenus nets de fonderie de 1,5 % pour chacune des propriétés. Chaque redevance pourra être réduite à 1,0 % en contrepartie d’un paiement de 750 000 $ de ­Monarques à ­Agnico.

À noter que ­Corporation ­Aurifère ­Monarques a fait l’acquisition des actifs québécois de ­Mines ­Richmont en septembre 2017 et qu’elle détient maintenant près de 300 km² de propriétés aurifères, incluant la mine ­Beaufor, les projets avancés ­Croinor ­Gold, ­Wasamac, ­McKenzie ­Break et ­Swanson, les usines ­Camflo et ­Beacon, ainsi que six projets d’exploration. Elle offre enfin des services d’usinage à forfait à partir de son usine ­Camflo d’une capacité de 1 600 tonnes par jour. – ­LES AFFAIRES PRO

Ressources ­Falco annonce un financement de 8,5 M$

Le produit de ce placement privé sera utilisé afin de faire progresser les travaux d’exploration sur la propriété ­Donalda et sur les propriétés adjacentes à son projet ­Horne 5, à ­Rouyn-Noranda. Rappelons que la société développe le projet ­Horne 5, situé dans l’empreinte de l’ancienne mine ­Horne, laquelle a été exploitée par ­Noranda de 1927 à 1976 et a produit 11,6 millions d’onces d’or et 2,5 milliards de livres de cuivre. – ­LES AFFAIRES PRO

 

Plus à lire sur Les ­Affaires ­Pro

- Alaska : la canadienne ­Northern ­Dynasty dépose une demande de permis pour sa mine ­Pebble

- Le président ­Trump souhaite élargir la production de minéraux critiques

- Fermont : une nouvelle ­Chambre de commerce

- Métaux ­Osisko annonce l’acquisition de ­Pine ­Point ­Mining

 

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

Il y a 21 minutes | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

Le marché des PAPE est en feu

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes fort probablement à un haut du cycle et la récréation pourrait bien prendre fin.