L'absentéisme, problème épineux... dès 1944

Publié le 20/08/2018 à 15:00

L'absentéisme, problème épineux... dès 1944

Publié le 20/08/2018 à 15:00

Par Marie-Pier Frappier

On ne cesse d'arguer que l’absentéisme au travail, c’est-à-dire les absences évitables, habituelles et souvent imprévues, augmentent avec les années. Pourtant, on en parle dans Les Affaires depuis 1944! À ce rythme, on pourrait penser que le taux d'absentéisme a atteint des niveaux records... mais non.


Ce qui change, ce sont les facteurs associés aux taux d’absence qui intéressent les employeurs. En effet, avec le temps, le stress et la dépression, l'alcoolisme et la toxicomanie ont remplacé les maux de dos, la grippe et les accidents, selon les derniers chiffres de Statistique Canada. «L'absentéisme a toujours préoccupé les entreprises.


Ce qui est de plus en plus grave, ce sont les absences liées à des problèmes de santé mentale», disait un conseiller en gestion des ressources humaines au Groupe-conseil Aon en 1999 dans Les Affaires.


À relire, notre dossier: Santé psychologique: prévenir plutôt que guérir


Consultez notre dossier
«Les Affaires fête ses 90 ans»



image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.