La collaboration dans le sang chez Fraco

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Octobre 2017

La collaboration dans le sang chez Fraco

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Octobre 2017

Emmanuelle, Armand et Julie Rainville

DOSSIER LES 300 PME - Son plan de transfert ? Passer son entreprise à une seule de ses deux filles. Leur plan à elles ? Diriger à deux. En effet, Armand Rainville avait décidé depuis longtemps qu'il n'y aurait qu'un chef à la tête de son entreprise, Fraco, fabricant et locateur de plateformes de travail, d'ascenseurs de chantier et de monte-charges. Sauf qu'au moment de passer le flambeau, il y a un peu plus d'un an, rien ne s'est déroulé comme prévu.

«Quand est venu le moment fatidique pour lui de choisir entre Emmanuelle et moi, on lui a annoncé qu'on préférait être présidentes... ensemble !» dit Julie Rainville, coprésidente de l'entreprise de 175 employés établie à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

La décision semblait la bonne : après les avoir vues travailler ensemble durant 15 ans dans l'entreprise familiale, Armand Rainville devait concéder que ses deux filles avaient des forces complémentaires. Julie présente un profil axé sur la vente et le développement des affaires, alors qu'Emmanuelle se spécialise dans tout ce qui est opérationnel. Dans les succursales de l'entreprise, la première s'occupe des ventes, de la supervision de gérants de projets, du développement de marché et de la vision pour les territoires, alors que la seconde a en main le contrôle des opérations, c'est-à-dire notamment les ressources humaines et les travailleurs de chantier. Elles déterminent conjointement les objectifs financiers. Julie Rainville juge que la différence entre son profil et celui de sa soeur reflète la personnalité qu'elles ont depuis l'enfance. Mais le fait d'avoir travaillé en famille durant plus d'une décennie avec leur père a permis à ce dernier de déterminer et de valider leurs forces et leur complémentarité, et ce, avant même qu'elles en soient conscientes. «Je crois que ça lui fait vraiment plaisir que l'on mette à profit nos qualités respectives», dit Julie Rainville. Après que les deux filles eurent présenté ces arguments clés à leur père, il a fini par accepter.

C'est ainsi qu'en novembre de l'an dernier, Emmanuelle et Julie Rainville sont devenues coprésidentes de Fraco. Leur père et elles sont aujourd'hui tous trois actionnaires de l'entreprise.

L'ouverture d'esprit et l'ouverture au changement d'Armand Rainville l'ont aidé à accepter l'idée d'une coprésidence, estime sa fille Julie. Sa disponibilité, ainsi que sa capacité à faire confiance à ses filles et à leur laisser de la liberté, ont permis aux deux soeurs de grandir au sein de l'entreprise.

«On a toujours eu le droit de se tromper, dit Julie Rainville. Il n'a jamais fait de microgestion. Et il a toujours pris le temps de nous répondre quand on faisait face à un problème.»

Aujourd'hui, après un transfert et une histoire de travail en famille sous le signe de l'harmonie, Armand Rainville demeure actif dans l'entreprise. Président du conseil, il prévoit être actif chez Fraco pour une décennie encore. C'est lui, par exemple, qui développe le marché de New York, un projet qu'il avait entamé avant de passer le relais. «C'est son bébé», dit Julie Rainville.

Il coache également de jeunes décrocheurs qui travaillent à l'usine et organise avec eux un souper mensuel dans le but de leur enseigner des compétences utiles en affaires et dans la vie : comment faire un budget, comment faire des calculs de base, comment donner une vraie poignée de main.

«Mon père est nourricier, dit Julie Rainville. Il est content de nous voir travailler ensemble, Emmanuelle et moi, et il dit être heureux de la direction que l'on prend. C'est agréable et rassurant de l'entendre, parce que je sais que ce n'est pas dans toutes les entreprises familiales qu'il y a tant d'encouragement.»

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

À surveiller: Marché Goodfood, DuPont et Cenovus Energy

Il y a 54 minutes | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Marché Goodfood, DuPont et Cenovus Energy? Voici quelques recommandations d'analystes.

10 choses à savoir mercredi

Une IA pour commenter les matchs du CH? L'Alberta «viole les droits des enfants». Comment devenir président des USA!