Altitude Sports contourne la pénurie de personnel en haussant ses salaires

Publié le 02/11/2021 à 17:42

Altitude Sports contourne la pénurie de personnel en haussant ses salaires

Publié le 02/11/2021 à 17:42

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

LES 300 PLUS IMPORTANTES PME AU QUÉBEC. Quand Altitude Sports a commencé à embaucher pour la période des Fêtes, le détaillant canadien de commerce électronique s’est heurté à un problème de recrutement: il ne trouvait pas assez de personnes pour pourvoir les postes disponibles.

«Nous n’étions pas capables d’atteindre notre objectif», a expliqué le cochef de la direction d’Altitude Sports, Maxime Dubois, lors d’une entrevue. «Nous sommes allés sur le marché et avons vraiment étudié la situation et avons découvert que nous n’étions pas assez concurrentiels.»

Ainsi, le détaillant d’équipement et de vêtements de plein air a augmenté ses salaires de 2,0$ de l’heure pour les employés de son service à la clientèle et de son centre de distribution.

 

À (ré)écouter: Doit-on vider son porte-monnaie pour attirer les talents?

 

Fortement ébranlé par la pandémie, le marché du travail canadien force de nombreux détaillants à multiplier les efforts pour attirer les travailleurs à l’approche de la saison des Fêtes, une période de ventes massives qui, pour certains d’entre eux, éclipse le reste de l’année.

Les économistes estiment qu’en dépit de la pénurie apparente de main-d’œuvre, les larges augmentations de salaire n’ont pas suivi.

Pourtant, Altitude Sports est une preuve de l’efficacité d’une augmentation de salaire.

Le salaire de base du détaillant montréalais est maintenant de 16,50 $ l’heure — 3 $ de plus que le salaire minimum du Québec — et certains de ses employés gagnent davantage.

Après avoir augmenté les salaires, l’embauche est devenue plus facile. L’effectif de l’entreprise est rapidement passé à 520 travailleurs, contre 220, alors qu’elle se rapproche de sa période la plus chargée de l’année.

«Nous nous sommes adaptés au marché pour nous assurer que nous étions toujours pertinents pour les employés actuels et les nouveaux venus», a expliqué M. Dubois. «Nous avons immédiatement commencé à voir l’effet dans notre processus de recrutement.»

 

Plusieurs facteurs derrière la pénurie

De nombreux détaillants s’y sont pris à l’avance dans leur recrutement pour la période des Fêtes cette année, mais un examen des offres d’emploi suggère que certains postes de vente au détail ne sont toujours pas pourvus après plusieurs semaines.

Alors que certains employeurs blâment les généreuses prestations pandémiques qui, selon eux, convainquent les gens de rester à la maison, des économistes notent que plusieurs facteurs contribuent à la pénurie de main-d’œuvre.

«De nombreux restaurants et magasins de détail ont été fermés pendant de longues périodes pendant la pandémie, de sorte que certains travailleurs ont quitté l’industrie», a expliqué Fabian Lange, professeur d’économie à l’Université McGill. «Ils sont peut-être retournés à l’école ou ont poursuivi d’autres intérêts, ce qui contribuerait à la pénurie.»

Il rejette en outre la suggestion voulant que les prestations d’aide gouvernementales aient découragé les gens de trouver un emploi, ou que les travailleurs à bas salaire aient accumulé suffisamment d’économies pour s’extraire de la population active pendant une période prolongée.

«Il se peut que cela se passe un peu, mais j’ai du mal à croire que cela contribuerait à des pénuries de main-d’œuvre soutenues», a affirmé M. Lange, également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie du travail et du personnel.

Une partie du problème se situe peut-être dans le fait que peu d’entreprises semblent augmenter les salaires en réponse à la pénurie de main-d’œuvre, a-t-il poursuivi.

«Il n’y a aucune preuve que les salaires augmentent», a observé M. Lange. «En fait, après l’inflation, les salaires baissent.»

Cela fait d’Altitude Sports une exception dans cet environnement économique — sans manquer de soulever des questions sur la durée pendant laquelle un détaillant isolé peut maintenir des salaires plus élevés sans augmenter également ses prix, ce qui le rend potentiellement moins concurrentiel.

M. Dubois a assuré que les prix d’Altitude Sports resteraient stables pour le reste de l’année, et que des soldes seraient toujours offerts sur « La dernière chasse », un site web de la famille d’Altitude Sports.

Certaines marques augmenteront leur «prix de détail suggéré par le fabricant» au printemps prochain pour s’ajuster aux coûts plus élevés des matériaux et de la chaîne d’approvisionnement, a-t-il ajouté.

 

Des stocks moins garnis à l’approche des Fêtes

Pourtant, même si les prix n’augmenteront probablement pas avant les Fêtes, cela ne veut pas dire que l’offre ne sera pas affectée.

Dans une note aux clients publiée au début octobre, M. Dubois et le cochef de la direction Alexandre Guimond ont exhorté les gens à envisager de magasiner plus tôt pour les Fêtes de cette année.

«Nous constatons des retards dans les nouvelles arrivées (et) des livraisons qui sont purement et simplement annulées», indique la lettre. «Par conséquent, nous prévoyons un niveau de stock inférieur à la normale disponible pour vous au cours des saisons d’automne et d’hiver.»

M. Dubois a dit croire qu’il était important d’être honnête avec les clients.

«Nous ne voulons effrayer personne, c’est vraiment la simple vérité», a-t-il affirmé. «Les stocks sont moins garnis que d’habitude. Nous avons 15 % de retard par rapport à ce que nous aurions aimé détenir en stock.»

Les fabricants se sont concentrés sur les tailles adultes plus rentables, ce qui rendra la sélection de certains vêtements et bottes de plein air pour jeunes particulièrement rares, a noté M. Dubois.

Dans d’autres cas, certains modèles ne seront pas disponibles du tout en raison de pénuries de matériaux.

«Il y a des fabricants de tissus polaires qui n’ont pas été en mesure de fournir à leurs marques le métrage dont elles ont besoin parce qu’ils n’avaient tout simplement pas la matière première», a-t-il expliqué.

Malgré tout, Altitude Sports s’est concentrée sur l’embauche pour garantir un service client de premier ordre tout au long de la période de pointe, a-t-il ajouté.

«Le temps d’attente moyen pour parler à quelqu’un est de 20 secondes et nous ne voulons jamais qu’il dépasse trois minutes pendant le Vendredi fou», a-t-il illustré.

Le détaillant en ligne teste également différentes options de transport pour s’assurer qu’il dispose de plans de sauvegarde pour livrer rapidement des articles à travers le pays.

«Nous voulons vraiment avoir une bonne exécution et nous assurer que nos clients obtiennent la même expérience en période de pointe que celle qu’ils obtiendraient au milieu de l’été», a indiqué M. Dubois.

Altitude Sports a commencé à vendre des articles et des vêtements de plein air en ligne en 1999, ce qui en fait l’un des premiers détaillants au Canada à se lancer dans le commerce électronique.

Cette expérience, l’accent sur le service à la clientèle et une vaste sélection de marques, ont permis à l’entreprise de traiter plus d’un million de commandes à travers le Canada au cours de son dernier exercice, a souligné M. Dubois.

«L’adoption du web a explosé au cours de la pandémie et nous nous concentrons sur la satisfaction de nos clients tout en en attirant de nouveaux.»


Par Brett Bundale

Sur le même sujet

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Il faudra encore attendre pour l'informatique quantique

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Les entreprises ne doivent pas s’attendre à pouvoir avoir recours à l’informatique quantique avant plusieurs années.

À la une

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru

21/01/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Well Health et Guru? Voici quelques recommandations d’analystes.