Montérégie : Solargise oublie Anjou et vise Salaberry-de-Valleyfield

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Septembre 2018

Montérégie : Solargise oublie Anjou et vise Salaberry-de-Valleyfield

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Septembre 2018

Par Marie-Pier Frappier

Solargise étudie la faisabilité de réaliser son projet de panneaux solaires sans plastique à Salaberry-de-Valleyfield [Photo : Getty Images]

Anjou, c'est fini... Mais, c'est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Solargise, un fabricant de panneaux solaires sans plastique, était en pleines négociations avec les propriétaires du golf d'Anjou pour son projet d'usine à 2,3 milliards de dollars. Or, les deux parties n'ont pu parvenir à une entente. Solargise a fait parvenir une lettre au Service du développement économique de la Ville de Montréal à ce sujet, dont plusieurs médias ont obtenu copie. L'entreprise britannique a analysé d'autres terrains dans l'est de Montréal et a aussi dû renoncer en raison de plusieurs contraintes techniques. Solargise a donc jeté son dévolu sur Salaberry-de-Valleyfield. Situé à proximité d'un chemin de fer, d'une sous-station d'Hydro-Québec et du port de Valleyfield, un terrain zoné industriel doit être vendu à l'entreprise. Raj Basu, président exécutif du conseil de Solargise, a cependant annoncé que le siège social et les installations de recherche et de développement seront situés à Montréal. Une centaine de personnes y travailleront. Solargise a aussi entendu, par voie de communiqué, qu'elle entendait signer des ententes de collaboration avec des universités montréalaises. «Notre décision d'entreprendre l'étude de faisabilité du site dans la ville de Salaberry-de-Valleyfield est essentiellement commerciale. Cependant, nous avons apprécié le soutien professionnel de la Ville de Montréal tout au long de notre recherche de terrains dans l'est de Montréal», a indiqué M. Basu. Le projet de Solargise transformera le sable en énergie solaire en deux phases. La construction de la première phase nécessitera l'embauche de 600 personnes, selon l'entreprise.

À la une

Freshii fait mieux qu'au premier trimestre de 2020

Il y a 9 minutes | La Presse Canadienne

La perte ajustée, qui exclut certains éléments non récurrents, s’est établie à 549 000 $.

COVID-19: le nombre d'éclosions en milieu de travail diminue

Les deux sommets d’éclosions en milieux de travail avaient été relevés à la fin décembre et en mars.

Les entreprises constatent une hausse des cyberattaques

L’erreur humaine est la plus grande vulnérabilité des entreprises selon la moitié des responsables sondés.