Le transport scolaire prend le virage électrique

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mars 2016

Le transport scolaire prend le virage électrique

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Mars 2016

Par Les Affaires

Pierre Breton, copropriétaire du Groupe Breton, dit être fier d’être devenu le premier transporteur québécois à utiliser un autobus scolaire eLion.

CHAUDIÈRE-APPALACHES

Le transport scolaire prend le virage électrique

Le Groupe Breton de Saint-Georges, en Beauce, est devenu récemment le premier transporteur scolaire à utiliser des autobus électriques construits entièrement au Québec par Autobus Lion, de Saint-Jérôme. Chaque véhicule dispose d'une autonomie allant jusqu'à 100 kilomètres. Entre les trajets, les autobus doivent être rechargés au garage. D'ici mai, l'entreprise échangera l'un de ces véhicules contre un autre ayant une autonomie de 120 km par charge. Muni d'un moteur électrique équivalent à 200 chevaux, cet autobus génère autant de puissance qu'un autobus traditionnel et laisse présager des économies d'essence de près de 15 000 $ par an. Par contre, son coût d'acquisition est le double de celui d'un autobus traditionnel, soit 200 000 $. Pierre Breton, copropriétaire du transporteur, est disposé à ajouter d'autres véhicules électriques à son parc de 50 autobus scolaires, surtout si c'est de plus en plus rentable. — BEAUCE MÉDIA, SAINTE-MARIE

IPL : 1,2 million de bacs livrés en trois mois

L'entreprise de plasturgie IPL de Saint-Damien vient de réussir un tour de force en parachevant un important contrat de fabrication de bacs pour la municipalité régionale de Peel, la deuxième en importance de l'Ontario, après Toronto. En seulement trois mois, IPL a livré plus de 1,2 million de bacs roulants et de bacs de cuisine à 317 000 maisons dans les villes de Brampton, Mississauga et Caledon. IPL a obtenu le contrat de 45 M$ en 2014. Afin de distribuer efficacement les bacs entre les 317 000 foyers dans un laps de temps aussi court, IPL s'est servi d'une nouvelle technologie utilisant la numérisation à partir de téléphones intelligents. L'entreprise de Bellechasse s'attend à une croissance de 40 % de sa section environnement durant la prochaine année. En janvier seulement, IPL a obtenu pour plus de 7 M$ de contrats de bacs au Québec, ailleurs au Canada et aux États-Unis. — LA VOIX DU SUD, LAC-ETCHEMIN

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Grosse étape pour un projet forestier de 350 M$

Le Parc forestier intégré de Val-d'Or, évalué à 350 M$, a franchi récemment une étape importante vers sa réalisation. En effet, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a confirmé qu'il était disposé à accorder une garantie d'approvisionnement à Scrimtec pour l'établissement d'une usine de bois d'ingénierie qui devrait créer 185 emplois directs. Le Parc forestier intégré sera aménagé dans le parc industriel de Val-d'Or. On y érigera trois nouvelles usines : celle de Scrimtec, une de cogénération, et une de tri, d'écorçage et de tronçonnage, appelée Centre de valorisation de la fibre. Idéalement, la construction de l'usine de Scrimtec débuterait d'ici l'automne prochain en vue d'une mise en service en 2018. — L’ÉCHO ABITIBIEN ET LE CITOYEN, VAL-D’OR

BAS-SAINT-LAURENT

OpDAQ décroche un contrat majeur de la Garde côtière

OpDAQ Systèmes, de Rimouski, vient d'obtenir un important contrat pour instrumenter 34 navires de la garde côtière de ses systèmes marins de gestion de carburant. Le contrat, d'une valeur de moins de 5 M$, nécessitera l'ajout de quelques employés spécialisés à l'effectif actuel de six personnes. Depuis sa création en 2008, OpDAQ a exporté ses produits dans plus de 24 pays. «Ce projet est un pas important dans l'atteinte de notre objectif d'être la référence canadienne en matière de systèmes de mesure de performance pour le domaine maritime», souligne le président de la PME, Charles Massicotte. OpDAQ compte appliquer son expertise à d'autres secteurs d'activité. «Nos technologies sont aisément transposables à l'ensemble des secteurs industriels, dont le transport ferroviaire, les mines et les centrales électriques au diesel», dit François Levesque, vice-président. — L’AVANTAGE, RIMOUSKI

Bois BSL accroît ses exportations aux États-Unis

L’usine de planchers de bois franc Bois BSL de Mont-Joli vient d’inaugurer sa ligne d’automatisation, qui lui permet d’exporter 40 % de sa production aux États-Unis. Cette modernisation a coûté 3 millions de dollars, soit 10 % du chiffre d’affaires de BSL. « Après trois semaines d’exploitation, les objectifs fixés ont été dépassés. Nous récupérons 8 % de matière de plus que lorsque la ligne était exploitée manuellement. Nous étions, avant le projet, à près de 30 % d’exportations vers les États-Unis ; aujourd’hui, nous sommes à 40 % », indique le pdg, Gino Ouellet. Cette nouvelle ligne d’automatisation assure une meilleure qualité de bois, puisque chaque planche est numérisée de façon ultraprécise. — L’AVANTAGE, RIMOUSKI

 

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?