Fibrenoire: l'éclosion


Édition du 01 Mars 2014

Fibrenoire: l'éclosion


Édition du 01 Mars 2014

Par Denis Lalonde

Les hauts et les bas de la création d'une entreprise

«Nous nous sommes rencontrés à Polytechnique, on a fait nos études d'ingénierie ensemble. Je suis le plus vieux des trois, mais je suis le dernier entré à Poly, parce que j'ai d'abord fait un baccalauréat en finances et technologies de l'information à HEC Montréal. Les mauvaises langues disent que ça m'a pris trois ans de plus que les autres à comprendre quelle était la bonne voie», raconte M. Desmarais, en riant.

Après sa deuxième année d'études à Polytechnique, Benjamin Desmarais s'est trouvé un stage chez Openface Internet, une entreprise pour laquelle travaillait... Rémi Fournier. «Mon stage de quatre mois s'est transformé en un emploi d'un an et demi. Nous avons appris à connaître le milieu des télécoms. Puis, petit à petit, notre côté entrepreneur prenant le dessus, on s'est aperçus qu'à Montréal, il y avait de la place pour un acteur spécialisé dans les connexions Internet sur fibre optique visant uniquement les entreprises», raconte-t-il.

Ils ont donc proposé aux dirigeants d'Openface de se spécialiser dans le secteur, ce qu'ils ont refusé. À ce moment, les deux collègues visaient l'industrie du jeu vidéo, mais ils allaient vite se rendre compte que le marché était beaucoup plus vaste. «On s'est alors demandé si on croyait vraiment à notre plan d'affaires, s'il existait un marché, si on pensait pouvoir se démarquer... La réponse a été oui. On a rapidement approché Jean-François, quitté nos emplois et on a trouvé un premier client en août 2007», dit-il.

Lorsqu'il se remémore les débuts de Fibrenoire, Benjamin Desmarais ne peut s'empêcher de sourire en racontant que le premier bureau de la société était en fait la cuisine de Jean-François Lévesque !

Petit à petit, les clients se sont ajoutés, et Fibrenoire a embauché un premier employé, un représentant, au début de 2008. Six ans plus tard, la taille de l'équipe a été multipliée par 10. «On a toujours fait ce qu'il fallait pour que l'entreprise avance, mais sans jamais d'excès, que ce soit dans les bureaux ou le matériel. Il était important pour nous de réinvestir tous les profits de Fibrenoire dans les équipements, afin d'offrir un service de meilleure qualité, ou pour embaucher des employés qualifiés. C'est comme ça qu'on a progressé, jusqu'à ce que nous atteignions la taille nécessaire pour réaliser nos acquisitions de 2013», dit-il.

Selon M. Desmarais, la principale valeur qui anime les dirigeants de Fibrenoire est de ne pas se prendre au sérieux tout en étant très sérieux dans les produits et services vendus aux clients : «Le thème consacré, chez nous, c'est que nos clients ne doivent pas être satisfaits, ils doivent être flabergastés», dit-il, expliquant que la société veut constamment aller au-delà des attentes de sa clientèle.

À lire aussi:
Comment retenir les employés clés
Sirius Conseils a appris de ses erreurs
Une seule paie, différentes options
Surprise, ERP Guru vend surtout aux États-Unis!

À la une

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

Le télétravail permet une «résilience» face aux crises à venir

Mis à jour à 15:28 | Katia Tobar

POUR OU CONTRE LE TÉLÉTRAVAIL. «Trouver un équilibre entre les limites de l’organisation et les besoins des employés.»

L’art d’être plus efficace

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»