Investir contre vents et marées

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Investir contre vents et marées

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

[Photo: 123rf]

Pour requinquer son secteur manufacturier, le Québec a fort à faire. Nombre d’obstacles se dressent sur le parcours, en tout premier lieu l’épineuse question de l’investissement.

En 2000 encore, l’investissement annuel dans le secteur manufacturier québécois s’élevait à sept milliards $ par année, puis a décliné jusqu’à un creux de 3,5 milliards en 2009, rappelle Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte. Le niveau a depuis remonté à 4,5 G$, mais demeure insuffisant. «Pour retrouver un niveau équivalent à 2000 (en tenant compte de l’inflation), il faudrait remonter à 8,5 milliards $, affirme le conseiller. Cela suppose une croissance annuelle de 11% pendant cinq ans.»

En fait, ce creux de l’investissement cache un mal plus profond – psychologique : un déficit de confiance, juge M. Duhamel. «Le moral des troupes est sapé, résume ce dernier. Pourtant, elles sont bien équipées, mais elles sont démoralisées après l’invasion des pays émergents, les fluctuations de devises, la crise financière. Tout ce qui s’est écrit sur le secteur manufacturier au cours des 20 dernières années, c’est plutôt déprimant. On pense que le secteur est un loser, qu’il s’en va chez le diable. Il faut que ces ritournelles cessent! Si je vous dis que la Bourse ne montera plus jamais, allez-vous investir?»

C’est pourquoi dans le plan d’action en 10 points qu’Investissement Québec met de l’avant pour le secteur manufacturier, le tout premier point propose de valoriser le secteur, tout particulièrement auprès des jeunes qui jugent le manufacturier désuet, sale, pas cool. Au contraire, insistent Pierre Gabriel Côté, pdg d’Investissement Québec, et Louis Duhamel, le manufacturier est le moteur de la prospérité économique des nations. Et les usines de demain, comme on peut le voir déjà chez un manufacturier comme Tesla, ressemblent davantage à des laboratoires qu’à des «shop d’usinage».

«C’est un secteur d’avenir, tranche M. Duhamel, où les investissements vont être massifs.» Un signe en témoigne : sur les 825 M$ de financement mis à disposition au secteur manufacturier par Québec, 400 M$ ont déjà été engagés après la première année dans des projets totalisant 2,4 milliards $.

Or, les entreprises qui investissent, qui innovent et qui gardent le moral tirent très bien leur épingle du jeu, comme le démontre le Baromètre Industriel Québécois de STIQ. «Les entreprises qui investissent plus affichent une meilleure performance», peut-on y lire, notamment une croissance nettement supérieure du chiffre d’affaires et de l’emploi. Le travail des entreprises qui veulent investir est facilité par la mise à disposition de 825 M$ par le gouvernement.

La voie d’avenir passe par le modèle de l’Industrie 4.0 qui, par bonheur, requiert des investissements moins importants que ne l’exigeait la phase précédente, Industrie 3.0, en machines à commande numérique et en robots.

Toutefois, la voie demeure ardue. Un premier obstacle tient au manque de compétences informatiques chez les manufacturiers, juge Josée Beaudoin, vice-présidente, Innovation et transfert, au Cefrio. La plus grande carence se situe au niveau de la gestion de projets numériques, «qui réside au cœur du passage à l’Industrie 4.0», dit-elle. À cette difficulté s’ajoute le fait que l’Usine 4.0 exige de la part des employés une compréhension des outils informatiques.

Autre obstacle, «l’ensemble du tissu industriel est relativement peu automatisé et a peu implanté les systèmes ERP», fait ressortir Sébastien Houle, directeur général de Productique Québec. Mme Beaudoin est du même avis : «Dans une grande mesure, dit-elle, nos entreprise ne sont pas encore passées à l’usine 3.0», celle des automates, des machines-outils à commandes numériques, des robots.

RETOUR AU DOSSIER LA RENAISSANCE DU MANUFACTURIER

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Une québécoise développe un nouvel autobus électrique en aluminium

05/06/2019 | Martin Jolicoeur

Né du travail de deux ex-employés de Bombardier, l'Electrip pourrait entrer en production à compter de 2020.

Une grappe de fournisseurs 4.0 émerge au Québec

30/05/2019 | François Normand

Une nouvelle étude de Deloitte et de E&B Data décortique un secteur émergent au Québec qui exporte déjà son expertise.

OPINION Nouvelles méthodes de production, nouveaux modèles d'affaires
Édition du 18 Mai 2019 | Simon Lord
B2B ou B2C? Pourquoi choisir?
Édition du 18 Mai 2019 | Simon Lord
L'IA, la solution pour améliorer votre productivité?
Édition du 18 Mai 2019 | Simon Lord

À la une

Négos avec Air Canada: l'action de Transat continue à prendre de l'altitude

La période de négociations exclusives entre Transat A.T. et Air Canada se termine ce soir.

Forte hausse des revenus publicitaires chez Corus

26/06/2019 | Siham Lebiad

Corus Entertainment (CJR-B) a dévoilé mercredi des revenus de 458 M$, en hausse de 4% au cours du 3e trimestre

Bourse: encore des aubaines malgré les sommets historiques

26/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Même si les indices américains sont à des sommets, on peut encore trouver des aubaines.