Teledyne Dalsa attire les Chinois à Bromont

Publié le 01/06/2013 à 00:00, mis à jour le 30/05/2013 à 12:14

Teledyne Dalsa attire les Chinois à Bromont

Publié le 01/06/2013 à 00:00, mis à jour le 30/05/2013 à 12:14

Après un premier atterrissage réalisé sur la planète Mars en août dernier, les images enregistrées par le robot Curiosity de la NASA ont fait le tour du monde... «Toutes ces images ont été réalisées avec des capteurs fabriqués à Bromont», se félicite Claude Jean, vice-président exécutif et directeur général de Teledyne Dalsa Semiconducteur. Une réussite qui apporte une belle visibilité à l'usine.


Mais la direction de l'entreprise n'a pas le temps de se reposer sur ses lauriers. Car, avec près de 60 % de sa clientèle située aux États-Unis, Teledyne Dalsa se tourne désormais vers l'Europe (20 %) et vers le continent asiatique, qui représente pour le moment 20 % de ses ventes.


À contre-courant de la stratégie des entreprises qui choisissent de délocaliser leur production en Asie, Teledyne Dalsa a décidé d'aller chercher la clientèle asiatique, tout en restant implantée au Québec. «Les clients chinois viennent ici pour chercher une expertise et une capacité de production qu'ils ne retrouvent pas chez eux. L'idée est de leur proposer des solutions très personnalisées, en offrant toujours beaucoup d'interaction entre nos ingénieurs et nos clients», précise Claude Jean. Pour cela, Teledyne Dalsa s'est entourée de deux ingénieurs-vendeurs chinois et japonais qui sont chargés d'aller à la rencontre des clients partout dans le monde.


Un chef de file des MEMS


Avec près de 1 000 employés répartis dans le monde, dont 420 à l'usine de Bromont, Teledyne Dalsa est un chef de file international dans l'imagerie numérique de haute performance et les semiconducteurs. L'entreprise mise sur la R-D pour fournir des systèmes nanoélectromécaniques (nanoelectromechanical system ou MEMS) pour le marché du biomédical et des télécommunications.


Les MEMS, ces circuits intégrés qui contiennent des composants électroniques et mécaniques, entrent dans la fabrication des coussins gonflables pour automobile ou des gyroscopes des appareils iPhone.


Pour réussir dans ce marché hautement concurrentiel, la direction a mis l'accent sur la R-D . Chaque année, l'usine de Bromont investit environ 10 millions de dollars à ce chapitre. «La compétition est rude. Dans le domaine de la téléphonie cellulaire par exemple, les clients souhaitent qu'aucun des composants ne coûte plus d'un dollar !» illustre le vice-président.


Pour relever le défi, la firme a participé l'an dernier à la création d'un centre de recherche sur la microélectronique à Bromont, en partenariat avec Sherbrooke et IBM. Un projet de 220 M $ qui en fait le plus grand centre de ce type au pays. «Il s'agit d'un avantage concurrentiel important, Et il est situé juste de l'autre côté de la rue ! Le fait d'avoir un centre de recherche comme celui-ci va aussi permettre au Québec de commercialiser davantage de produits», résume M. Jean.


Avec près de 198 M $ de chiffre d'affaires réalisés à l'échelle du groupe en 2010, la division Semiconducteur de Teledyne Dalsa s'attend à une croissance annuelle des MEMS de 15 % dans les prochaines années.


15 % La division Semiconducteur de Teledyne Dalsa prévoit une croissance des MEMS de 15 % par an au cours des prochaines années.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.