Des collaborations pour des villes intelligentes

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Mars 2016

Des collaborations pour des villes intelligentes

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Mars 2016

Robert Bousquet, président de Sterela.

Varitron part à l'assaut du vaste marché des technologies des villes intelligentes en partenariat avec le Groupe EMM, de Québec, et la française Sterela. «Sterela maîtrise la technologie et a délégué le développement des affaires et la fabrication à des entreprises québécoises», explique Martial Vincent, directeur général de Varitron, qui compte 350 employés à Saint-Hubert. Sterela dispose de plusieurs technologies, dont les stations de vélo intelligentes, le contrôle par caméra des voies routières réservées ou encore la pesée automatique des camions sur la route.


Lisez d'autres articles sur les partenariats d'affaires liant le Québec et la France.


Un contrat est déjà en cours de négociation avec une ville québécoise et pourrait être conclu d'ici la fin de l'été. Des pourparlers avec d'autres villes ont également commencé. «Cela demande de mettre nos relations au service du Groupe EMM, d'adapter notre chaîne de production aux nouveaux produits, de développer notre savoir-faire pour nous approprier ces technologies. On hébergera sûrement des employés de Sterela pour un meilleur transfert du savoir-faire», dit M. Vincent.


Un marché municipal prometteur


«On n'a pas d'autres moyens que de trouver de bons partenaires pour venir nous implanter au Québec, qui est également une tête de pont pour toute l'Amérique du Nord. Ça permet d'arriver en douceur», reconnaît Robert Bousquet, président de Sterela. Les perspectives de revenus sur le marché des municipalités relativement à la ville intelligente sont de 5 à 10 millions de dollars pour les trois à cinq prochaines années, selon les entreprises partenaires.


«Montréal est attractive pour les entreprises françaises dans le numérique parce qu'elle est reconnue pour être dynamique dans le domaine. La volonté du maire Denis Coderre de développer la ville intelligente y contribue beaucoup. De plus, le marché américain est un des plus dynamiques dans le numérique, donc le marché québécois est intéressant en ce qu'il constitue un tremplin», explique Fabrice Blazquez, chef du Service économique français à Montréal.


L'expertise française, notamment en logiciel libre, en centres de données et en impartition informatique, intéresse le Québec. «Quand on a conçu la plateforme stratégique de la ville intelligente de Montréal, on s'est beaucoup inspirés de ce qui se passe à Lyon, ville qui est très en avance dans ce domaine et avec laquelle Montréal a beaucoup de liens», souligne Harout Chitilian, responsable des technologies de l'information et de la ville intelligente et numérique à la Ville de Montréal.


Le lancement officiel, en février, à Montréal, de BleublancTech est un pas en avant pour renforcer la collaboration. Cette initiative vise à fédérer l'écosystème numérique et à accompagner autant les nouvelles entreprises françaises qui veulent s'installer au Québec dans le secteur que les firmes québécoises qui souhaitent s'établir en France.


Lisez d'autres articles sur les partenariats d'affaires liant le Québec et la France.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Loi Pacte: un nouveau statut pour les entreprises françaises

Édition du 26 Janvier 2019 | Diane Bérard

AGENT DE CHANGEMENT. Le français Roland Lescure a été premier VP de la Caisse de dépôt et placement du Québec de ...

Legault en France: tout passe par le prisme de l’économie

Il a dit quitter Paris « les poches pleines de cartes d’affaires ».

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?