En voiture avec: Anne Desjardins, chef consultante à La Coupole

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

En voiture avec: Anne Desjardins, chef consultante à La Coupole

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Par Claudine Hébert

« Puisque j’ai une conduite plutôt nerveuse, j’ai besoin d’une voiture performante. Ce qu’est la Mini-Cooper. Si je veux dépasser, je veux que ça roule. Je ne veux pas que ça me prenne de longues secondes à exécuter la manœuvre », dit Anne Desjardin

Anne Desjardins. Depuis qu'elle a quitté les fourneaux du défunt restaurant L'Eau à la Bouche, la chef n'a pas pour autant cessé de cuisiner ni de parcourir les villes et les campagnes à la recherche des meilleurs ingrédients. D'où son intérêt pour les voitures compactes et performantes dans ses multiples déplacements.


Les Affaires - Que conduisez-vous ?


Anne Desjardins - Je possède actuellement une Mini-Cooper Soho 2006. J'ai toujours craqué pour les petites voitures au look rétro. Après tout, je ne suis pas très grande. Je mesure cinq pieds. Compte tenu de mes nombreux déplacements en ville, j'aime les voitures qui se stationnent facilement n'importe où et qui peuvent se faufiler, peu importe la largeur des voies. C'est fou combien il y a de bouchons qui se forment sur les routes simplement parce que les conducteurs craignent d'emprunter les voies plus étroites.


L.A. - Depuis quand avez-vous cette voiture ?


A.D. - Je la conduis depuis cinq ans, l'odomètre frise aisément les 200 000 km. Elle fonctionne toujours aussi bien. Et elle est très efficace dans la neige avec de bons pneus d'hiver. Une voiture qui, malgré son format, offre une excellente visibilité. Puisque j'ai une conduite plutôt nerveuse, j'ai besoin d'une voiture performante. Ce qu'est la Mini-Cooper. Si je veux dépasser, je veux que ça roule. Je ne veux pas que ça me prenne de longues secondes à exécuter la manoeuvre. J'ai déjà eu une Toyota Corolla et je l'ai regretté. Oui, cette voiture était très économique, mais pour dépasser ou entrer sur une autoroute, oh là là, j'étais malheureuse.


L.A. - Combien de kilomètres faites-vous par année ?


A.D. - Je roule de 25 000 km à 30 000 km. J'habite toujours à Val-David, dans les Laurentides. Je vais régulièrement à Montréal au restaurant La Coupole où je suis devenue chef consultante. Je participe également à divers comités et à des tournages. Je vais également rencontrer les producteurs locaux. À vrai dire, je suis folle des voyages en voiture. Si je peux faire mon déplacement en véhicule, je le fais plutôt que de prendre l'avion. Mon rêve, c'est de pouvoir rouler jusqu'en Amérique du Sud un jour. Peut-être à bord d'une Westfalia...


L.A. - Quelle a été votre plus longue virée ?


A.D. - En 1976, j'ai fait le tour du Mexique avec mon conjoint, mon fils Emmanuel et deux autres amis. On poursuivait nos études de baccalauréat en géographie à l'UQAM et il y a eu grève étudiante. On est partis deux mois à bord de ma Volvo de l'époque. On a parcouru le pays au complet, de la côte ouest à la côte est.


L.A. - Quelles sont vos routes préférées ?


A.D. - Une fois par année, je fais le tour de la Gaspésie. Mes ancêtres sont originaires de Maria. J'aime bien aussi les routes de Charlevoix qui flirtent avec les montagnes et le fleuve. Ailleurs, le Blue Ridge Parkway, en Virginie, figure aussi parmi mes plus beaux souvenirs. Tout comme la route des Mille-Îles en Ontario et la route qui traverse les Rocheuses entre Banff et Jasper. Évidemment, les routes de la Côte d'Azur sont difficiles à battre avec leurs corniches longeant la mer Méditerranée.


L.A. - Enfin, quelle est la technologie que vous appréciez le plus à bord d'une voiture ?


A.D. - Ma Mini-Cooper dispose de plusieurs caractéristiques qui me plaisent, sans nécessairement être des technologies à proprement dit. Certes, j'adore sa transmission automatique qui peut devenir manuelle. Un facteur très pratique pour dépasser. J'aime aussi le toit panoramique. C'est agréable de pouvoir bénéficier de la lumière naturelle qui provient du toit. Mais ce que j'apprécie par-dessus tout, c'est son nombre de portes, cinq avec le hayon arrière (hatchback), et les sièges arrière qui se rabattent. Je déteste les voitures à deux portes. J'ai besoin d'un véhicule qui facilite le transport des aliments, de mes instruments de cuisine et d'autre matériel utile pour mes rendez-vous culinaires.


Cliquez ici pour consulter le dossier auto


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Vente automobile: astuces et arnaques

Édition de Avril 2019 | Alain McKenna

On vous propose un véhicule neuf au même prix que votre vieille auto lors d'une soirée VIP ? Vous croyez avoir ...

Des véhicules usagés de plus en plus chers

Édition de Avril 2019 | Claudine Hébert

Un véhicule d’occasion coûte désormais en moyenne près de 20 000 dollars ...

À la une

Bombardier est blanchie par l'AMF, avec une mise en garde

Elle n'a relevé aucune infraction dans le programme ayant permis à des cadres de vendre des actions l'an dernier.

À surveiller: Bombardier, Savaria et CGI

09:01 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Bombardier, Savaria et CGI? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bombardier abaisse ses prévision, le titre chute de 15%

Mis à jour le 25/04/2019 | La Presse Canadienne

Le manque à gagner est principalement du côté de la division de matériel roulant.