L'innovation alimente la croissance de FDC Composites

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

L'innovation alimente la croissance de FDC Composites

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

Jacques Cabana, pdg de FDC Composites. [Photo : Jérôme Lavallée]

La Stratégie québécoise de l'aérospatiale injectera 250 millions de dollars en cinq ans dans cette industrie névralgique pour le Québec. Une partie de cette somme soutiendra le développement de produits innovants dans des PME comme FDC Composites.

Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale

«Les avions-citernes Avro RJ85 de Conair qui combattent l'incendie de Fort McMurray sont équipés de réservoirs externes fabriqués en grande partie au Québec par notre entreprise», souligne le pdg de FDC Composites, Jacques Cabana. La PME établie à Saint-Jean-sur-Richelieu conçoit et fabrique des pièces novatrices en composites.

Fondée en 2009, elle a remporté le prix PERFORM de l'Association pour le développement de la recherche et de l'innovation du Québec (ADRIQ) en 2015. Au cours de la dernière année, elle a affiché une croissance de son chiffre d'affaires de 24 %, alimentée à 90 % par l'aérospatiale. La PME de 50 employés réalise 70 % de ses ventes dans l'aérospatiale et le reste dans d'autres modes de transport. Plus de la moitié de ses ventes sont conclues à l'extérieur du Canada, en Amérique du Sud (80 %) et aux États-Unis (20 %).

«La fabrication n'est qu'une partie de ce que nous faisons, précise Jacques Cabana. En règle générale, nous jouons un rôle en amont, dans la conception de la pièce, le prototypage, les essais, et la conception de l'outillage pour la réaliser. Et nous nous rendons jusqu'à l'assemblage, à l'intégration de pièces composites et à la peinture. Quand nous livrons une porte d'avion à un constructeur, par exemple, elle n'a plus qu'à être montée sur l'appareil.»

Des finances solides

L'innovation fait partie intégrante du modèle d'entreprise de FDC Composites. Les matériaux composites sont des plastiques renforcés par des fibres de verre, de carbone et autres. Ils sont au plastique ce que le béton armé est au béton. Les matériaux composites sont aussi performants que le métal, mais offrent de nombreux avantages. Les pièces sont moins lourdes, durent plus longtemps et ne risquent pas de rouiller, et exigent donc moins d'entretien. À une époque où les transporteurs cherchent à alléger leurs appareils et à être plus efficaces, c'est majeur.

Cependant, il faut pouvoir démontrer au client que sa pièce en métal pourrait être fabriquée en matériaux composites. Et pour cela, il faut investir en R-D. «Quand on fait beaucoup de R-D, ça veut dire qu'on fait des dépenses élevées dans le but de réaliser des revenus qui ne viendront que plus tard, indique M. Cabana. Il faut avoir les reins solides financièrement.»

D'autant plus que l'entreprise investit aussi pour augmenter sa productivité, un élément indispensable pour faire face à la concurrence étrangère. Au cours des dernières années, la PME a d'ailleurs augmenté l'automatisation de ses procédés.

Cet exemple explique le bon positionnement de l'industrie aérospatiale québécoise à l'international. «Notre industrie aérospatiale est reconnue mondialement comme étant très performante», souligne Alain Aubertin, vice-président, développement des affaires et international, du Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale du Québec (CRIAQ).

«L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) nous classe dans le Top 5 sur le plan de la productivité. En matière de fabrication, nous sommes très bien positionnés. Il reste un effort à faire sur le plan de l'intégration de nouvelles technologies, de la robotisation et de l'automatisation. Mais en ce sens, nous ne sommes pas très différents des autres régions du monde.»

Innovations stratégiques

Au-delà de la productivité, il faut aussi développer de nouveaux produits innovants pour se démarquer. Et encore là, FDC Composites réussit à tirer son épingle du jeu, selon Jacques Cabana. Il cite l'exemple d'une gamme de produits propre à son entreprise, qui a connu un bel essor au cours de la dernière année.

«Il s'agit de panneaux pour faire les parois, les planchers et les cloisons à l'intérieur des avions. Nous avons développé une configuration innovante qui permet de fabriquer des pièces moins chères, moins lourdes, et dotées de capacités acoustiques très supérieures à ce qui se fait ailleurs.»

Dans ce dernier cas, il était crucial de lancer cette innovation rapidement sur le marché. FDC Composites avait évalué les faiblesses des produits disponibles, et surtout, repéré les besoins actuels des entreprises, notamment en termes d'acoustique. «L'insonorisation dans les avions est un facteur beaucoup plus important pour les donneurs d'ordres qu'il y a 15 ans, explique Jacques Cabana. Au coeur du processus d'innovation, il doit y avoir cette capacité stratégique de bien repérer les besoins, et d'amener rapidement au marché des solutions novatrices pour y répondre.»

Un tel discours d'une PME plaît bien à Suzanne Benoît, pdg d'Aéro Montréal, la grappe de l'aérospatiale. «L'innovation fait partie de la culture de l'industrie aérospatiale, en particulier chez les grandes entreprises, souligne-t-elle. On travaille très fort pour que cette culture de l'innovation devienne aussi celle d'un plus grand nombre de PME. Elles font partie de la grande chaîne d'approvisionnement, mais souvent, la R-D se fait plus chez les grands acteurs. Les PME doivent absolument investir pour être à la fine pointe de la technologie et mettre au point des procédés et des produits innovants.»

Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La grappe du Québec qui voulait devenir la plus innovante au monde

Édition du 01 Juin 2019 | Jean-François Venne

INDUSTRIE AÉROSPATIALE. L'aérospatiale québécoise continue d'occuper une place enviable dans le monde, mais pour la...

S'ouvrir aux technologies transversales

Édition du 01 Juin 2019 | Jean-François Venne

INDUSTRIE AÉROSPATIALE. Presagis est née en 2007 de la fusion de petites entreprises très spécialisées dans...

À la une

À surveiller: Fiera Capital, Norbord et Enbridge

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Fiera Capital, Norbord et Enbridge? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le pont Samuel-De Champlain ouvert le 24 juin vers le nord, 1er juillet vers le sud

Il y a 48 minutes | La Presse Canadienne

Ottawa et le consortium chargé de la construction de l'ouvrage n'ont toutefois pas encore réglé le dossier des pénalités

10 choses à savoir lundi

Huawei s'apprête-t-elle à quitter le Canada? La fin de la musique annoncée d'ici 10 ans, on a trouvé le VUS de Batman!