Des stages indispensables pour assurer la relève

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

Des stages indispensables pour assurer la relève

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Juin 2016

[Photo : Bloomberg]

Depuis 15 ans, plus de 2 800 stages ont été effectués par 2 000 étudiants par l'intermédiaire des Instituts aérospatiaux de Montréal (IAM), qui envoient des étudiants du baccalauréat en génie faire des stages dans des entreprises aérospatiales.


Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale


Nancy Paliotti, directrice des comptes clients, design intérieur et visualisation avancée dans la division avions d'affaires de Bombardier, a fait deux stages chez Pratt & Whitney Canada (P&W) grâce à cette initiative, en 2002 et 2003.


«Cela m'a menée à faire d'autres apprentissages, notamment sur le plan des présentations. Des compétences dont je me sers aujourd'hui dans mon emploi», dit-elle.


En 2000, Hany Moustapha, directeur de l'Institut de conception et d'innovation en aérospatiale à l'École de technologie supérieure (ÉTS), gère les programmes de technologie chez P&W. Il constate que l'entreprise aurait besoin d'étudiants pour appuyer certains projets de recherche, mais dans des tâches ne justifiant pas le recours à des étudiants de maîtrise ou de doctorat. Il discute donc avec les universités de la possibilité de créer des instituts qui fourniraient des stagiaires au baccalauréat.


En forte progression


L'ÉTS est la première à embarquer, en 2003. Suivent l'École Polytechnique et l'Université McGill, puis l'Université de Sherbrooke et l'Université Laval en 2015. Rapidement, Rolls Royce, Bombardier, Bell Helicopter et Siemens accueillent aussi des stagiaires. Le nombre de ceux-ci grimpe en flèche, passant d'une vingtaine la première année à plus de 300 en 2015.


Bon an, mal an, environ la moitié d'entre eux fait un séjour chez P&W Canada, pour des projets de quatre à six mois. «Ils travaillent en soutien aux ingénieurs, explique Mario Modafferi, directeur, recherche et technologie. Ils peuvent, par exemple, faire des tâches de bureau liées à la gestion d'un projet, etc. Cela les aide à comprendre le contexte quotidien de la pratique du génie et libère nos ingénieurs de certaines tâches. Nous apprenons à connaître ces stagiaires en vue d'une embauche future.»


Presque tous les étudiants finissants engagés par P&W y ont été stagiaires.


Simon Azar, directeur commercial pour Airbus Asie, à Hong Kong, est convaincu que les stages qu'il a faits ont été un atout lorsque le temps est venu de postuler des emplois. Il en a fait deux en 2006 et 2007 chez Airbus, dont un au siège social et un autre chez P&W. «Les employeurs nous en parlent dans les entretiens d'embauche», souligne-t-il.


Dans leur nouvelle stratégie 2020, les IAM s'ouvrent à l'ensemble de l'industrie aérospatiale, y compris les PME. L'initiative pourrait faire doubler le nombre de stagiaires en cinq ans.


Cliquez ici pour consulter le dossier L'innovation, moteur de l'industrie aérospatiale



image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Drones de mystère, drones d'affaires

Édition du 17 Juin 2017 | Martin Jolicoeur

Tandis que les autorités gouvernementales tentent d'encadrer - tant bien que mal - la prolifération (ou l'intrusion, ...

Aviation québécoise : un plan de vol axé sur l'avenir

Édition du 17 Juin 2017 | Alain McKenna

Aucun secteur d'activité ne semble échapper à la quatrième révolution industrielle. Pas même l'aviation ! ...

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

25/09/2017 | Denis Lalonde

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Sans le savoir, ce PDG québécois vient de se lancer un ultimatum

Édition du 16 Septembre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. J'ai une suggestion pour le patron de ProMetic, qui juge son entreprise sous-évaluée...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

25/09/2017 | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.