Nespresso veut ravoir ses capsules de café

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Juillet 2018

Nespresso veut ravoir ses capsules de café

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Juillet 2018

Par Claudine Hébert

Nespresso vient de s’entendre avec Postes Canada pour un retour de capsules dans un sac rouge. [Photo: Nespresso]

Comment récupérer et recycler vous-mêmes vos emballages une fois consommés par vos clients ? Parlez-en à Nespresso qui réussit à récupérer plus d’une capsule de café sur deux (56%) à l’échelle mondiale.


Cette division de Nestlé est d’ailleurs la seule multinationale de distribution de café proportionné à récupérer et recycler la totalité de ses capsules, soit l’aluminium et le café déjà utilisé.


« Au Canada, c’est maintenant plus de 95% de notre marché qui bénéficie de solutions pour nous retourner les capsules de café utilisées », indique fièrement Caroline Duguay, directrice des communications pour Nespresso Canada.


Un sac offert


Au Québec, les consommateurs peuvent directement retourner leurs capsules de café en utilisant leur bac de recyclage.


Les clients, explique-t-elle, n’ont qu’à insérer leurs capsules dans un sac vert recyclable qui leur offert dans les emballages de Nespresso.


Démarré en 2016, le programme Nespresso de récupération est maintenant présent dans plus de 400 municipalités, dit-elle.


Et pour le reste du Canada ? L’entreprise vient de s’entendre avec Postes Canada pour un retour de capsules dans un sac rouge. Et pas de danger que le reste du courrier sente le café.


Après un projet pilote mené pendant un an auprès de 4000 consommateurs en Estrie, au Québec, en collaboration avec la société d’État, les résultats ont démontré que les sacs demeuraient bien étanches.


« Depuis ce printemps, ce sont donc toutes les autres provinces et les trois territoires du pays qui profitent de notre service de récupération. Un autre projet pilote est également mené en parallèle à Vancouver afin d’introduire à l’échelle de la province un système de récupération résidentielle comme au Québec », ajoute-t-elle.


Un taux à relever


Au départ, dit Mme Duguay, Nespresso offrait le service de récupération seulement au sein de ses boutiques. « Nous avons vite constaté que le taux de récupération n’était pas suffisamment élevé. Actuellement, Nespresso dispose de programmes de recyclage dans près de 40 pays, dont 18 permettent aux consommateurs d’utiliser leur service de collecte sélective pour faciliter la récupération. »


Que fait-on avec les matières ? L’aluminium, un matériau recyclable à l’infini, est revalorisé quant au marc de café, il est transformé en compost de qualité à l’attention des fermiers.


Au Québec, précise Mme Duguay, ce compost est utilisé par des fermiers du secteur de Rivière-Beaudette, en Montérégie.


La totalité de ce programme de recyclage est soutenue et financée par Nespresso et aucune dépense reliée à ce dernier n’est prise en charge par les consommateurs.


Tout est gratuit, soutient Mme Duguay. En revanche, motus et bouche cousue sur l’investissement que représente une telle opération à l’échelle canadienne. Une récupération qui représente quelques millions de dollars, se contente-t-elle de répondre.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «L'INDUSTRIE DE L'EMBALLAGE EN 2018»


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.