«Les jours de tempête de neige, c'est le summum !» - Luc Boulanger, de Mont Sutton

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Décembre 2014

«Les jours de tempête de neige, c'est le summum !» - Luc Boulanger, de Mont Sutton

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Décembre 2014

Par Claudine Hébert

En voiture avec... Luc Boulanger. Mordu de conduite automobile, peu importe les conditions climatiques, le directeur des opérations de la station de ski Mont Sutton est fidèle à la même marque depuis 35 ans.

« Subaru produit des voitures performantes dont la tenue de route est irréprochable. La valeur de rachat est aussi très élevée », dit Luc Boulanger. [Photo: Jérôme Lavallée]

Cliquez ici pour consulter le dossier L'industrie automobile se redessine

L.A. - Que conduisez-vous ?

Luc Boulanger - J'ai une Subaru Outback 2013. C'est ma onzième voiture consécutive provenant de ce manufacturier japonais. À l'exception de ma première voiture, qui était un modèle Datsun, j'ai toujours possédé un véhicule Subaru.

L.A. - Pourquoi Subaru ?

L.B. - J'ai toujours été fasciné par la conduite et la mécanique de ces voitures équipées de traction à quatre roues motrices. C'est le type de voiture qui convient à la conduite sur les routes montagneuses. C'est très pratique dans la région où je vis et je travaille. Je me rappelle encore du jour où j'ai vu pour la première fois le moteur à plat «boxer» sous le capot d'une Subaru. Ça a été le coup de foudre instantané.

L.A. - Combien de temps conservez-vous un véhicule en général ?

L.B. - J'aurais pu conserver aisément chacune de mes voitures pendant 10 ans. Ces véhicules sont dotés d'une qualité de conception qui m'impressionne. En fait, j'ai changé de véhicule en fonction de l'évolution de ma famille, en moyenne tous les trois ou quatre ans. Il y a eu toutefois une exception. Il y a une vingtaine d'années, j'ai changé ma voiture à peine deux ans après son achat. Mon concessionnaire avait besoin de voitures d'occasion et m'avait proposé un échange que je ne pouvais pas refuser...

L.A. - Conduisez-vous beaucoup ?

L.B. - Je roule en moyenne 25 000 km par année. J'adore les routes vallonnées et sinueuses des Cantons-de-l'Est et des États américains voisins. J'essaie d'éviter les autoroutes. En fait, donnez-moi des courbes serrées, des grosses côtes... et de la neige. J'adore ça !

Cliquez ici pour consulter le dossier L'industrie automobile se redessine


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le plan de la Laurentienne au repos forcé en raison de la pandémie

Elle n’a pas fourni plus de détails sur les aspects du plan de transformation qui seront affectés.

Une paye globale de 7 millions $ pour l'ex-président de SNC-Lavalin

Le départ de M. Bruce avait été présenté comme un départ à la retraite.

Introvertis, voici comment s'adapter à la distanciation sociale

11:42 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Aussi stressante soit-elle, la distanciation sociale a créé un nouveau mode de communication.