Le trio gagnant de Harnois Groupe pétrolier

Publié le 29/04/2016 à 12:21

Le trio gagnant de Harnois Groupe pétrolier

Publié le 29/04/2016 à 12:21

Claudine, Serge et Luc Harnois de Groupe Harnois

Au début des années 1980, Claude Harnois et sa femme, Lise Robitaille, n'envisagent pas de relève pour l'entreprise de distribution de produits pétroliers qu'ils ont fondée en 1958. C'est la fin du choc pétrolier, et l'avenir dans le domaine leur semble peu prometteur.

« Ils géraient alors une petite structure de cinq personnes, assez pour faire rouler Groupe Harnois jusqu'à leur retraite », raconte leur fille, Claudine Harnois. Toutefois, des occasions d'affaires se présentent peu de temps après, qui permettraient à l'entreprise de Saint-Thomas de distribuer ses produits sous la marque indépendante Harnois.

Claude Harnois propose alors ce scénario à ses enfants dans une perspective de relève d'entreprise. « Luc, l'aîné, a été le premier à se joindre à mon père en 1985 et Serge est arrivé en 1989, avec son expérience en affaires », explique Claudine, la dernière Harnois à se joindre à l'équipe, un an plus tard.

De locale à nationale

Depuis la relève des trois enfants, Harnois Groupe Pétrolier a été propulsée parmi les plus importantes entreprises familiales québécoises, comptant en 2016 plus de 600 employés.

Au tout début, les repreneurs veulent d'abord faire vivre la nouvelle bannière Harnois. La compétition pour les prix à la pompe étant féroce à l'époque, ils se dirigent vers le multiservices dès 1998, en créant leur réseau de dépanneurs Le Magasin, attenants aux stations-services.

Le bond qu'a connu l'entreprise familiale se produit véritablement en 2004, quand Groupe Harnois devient distributeur Esso dans quelques régions du Québec et amorce une expansion nationale. Douze ans plus tard, en mars dernier, HGP annonçait qu'elle rachetait la totalité des 135 sites Esso au Québec.

Les repreneurs rapatrient également les ventes de mazout de Pétroles Harnois en 2006, un secteur fondateur dont s'était départi leur père 25 ans plus tôt.

« Le nom de l'entreprise a changé pour Harnois Groupe Pétrolier il y a trois ans, afin de mieux représenter la multitude de marques qu'elle vend et distribue désormais au Québec, au Nunavut, au Labrador, en Ontario et dans les Maritimes », explique Claudine Harnois. « Tous les produits Mobil vendus dans la province passent par notre centre de distribution, et les lubrifiants sont vendus sous notre marque H-Go. Au détail et en gros, nous vendons maintenant sous les bannières Harnois, Esso et Pétro-T. »

Le début de 2016 a en effet été marqué par une autre transaction majeure, soit l'acquisition des Pétroles Therrien et de sa bannière Pétro-T. Grâce à cette fusion, HGP devient le plus important détaillant d'essence indépendant au Québec. Une fois la transaction avec Esso approuvée par le bureau de la concurrence, HGP vendra 1,6 milliard de litres annuellement, soit quatre fois plus qu'en 2006.

Le travail d'équipe… en famille

Cette croissance fulgurante a poussé les enfants Harnois à s'entourer d'un comité consultatif pour apporter un éclairage externe sur leurs conversations entre actionnaires. « Ces réflexions nous ont amenés à recruter des talents et à en cibler à l'interne pour envisager une relève sérieuse de la direction. »

« C'est important d'inviter des gens de l'extérieur dans les conseils de famille, pour servir de guides et aider les copropriétaires à développer une vision partagée », observe Luc Tanguay, conseiller spécialisé en transfert d'entreprises familiales et cofondateur de Transfert Expert Conseil. « Ce n'est pas parce qu'on est une famille qu'on communique bien. C'est la clé : l'entreprise ne peut s'améliorer que si les relations familiales sont soigneusement entretenues et surveillées. »

Il y a quatre ans, les trois propriétaires ont aussi revu et précisé leurs rôles dans l'organisation, pour tirer le meilleur de leur trio. Serge Harnois a pris les rênes de la présidence et de la direction générale, Luc est devenu conseiller principal en optimisation et Claudine est vice-présidente, communications et ressources humaines.

« Codiriger avec des membres de sa famille rend plus difficile le processus de connaissance de soi pour certains entrepreneurs », poursuit Luc Tanguay. « Quand chacune des personnes dans le projet a des compétences et des intérês complémentaires, c'est un plus pour l'entreprise, et on évacue les risques de rivalités fraternelles. »

« Avec les années, nous avons développé une expertise qui correspond mieux à nos désirs et à nos talents respectifs », constate Claudine Harnois. « Chacun a su s'adapter aux changements et a ainsi pu grandir en même temps que l'entreprise familiale. »

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Isabella, 15 ans, chercheuse et conférencière

Édition du 11 Mai 2019 | Diane Bérard

AGENT DE CHANGEMENT. The Knowledge Society (TKS)est un accélérateur pour les 13-17 ans aux grandes ...

Secteur minier: cinq filons pour assurer la relève

BLOGUE INVITÉ - Le secteur minier n'est pas «sexy» pour les jeunes. L'industrie peut toutefois être plus désirable.

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.