L'effet A : 100 jours pour... Faire bouger les choses

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

L'effet A : 100 jours pour... Faire bouger les choses

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

Par Marie-Claude Morin

Joëlle Boisvert, Robert Dumas, Geneviève Biron, Diane Giard, Isabelle Hudon, Éric Forest, Martine Turcotte. [Photo : Christian Blais]

Les dirigeants qui participent à L’effet A s’engagent à concrétiser en 100 jours un projet qui aidera les femmes à vivre pleinement leur ambition. Pour ce faire, ils recruteront des participants et feront appel à des experts. Voici les six projets sur lesquels plancheront les membres de la deuxième cohorte jusqu’à Noël.

Cliquez ici pour consulter le dossier L'effet A

L’effet A vu le jour, en janvier dernier, à l’initiative d’Isabelle Hudon, chef de la direction, Québec, et vice-présidente principale, solutions clients, à la Financière Sun Life. Outre Mme Hudon, les quatre participantes de la première cohorte étaient Sophie Brochu (pdg de Gaz Métro), Marie-Josée Lamothe (directrice générale, stratégie de marques chez Google Canada), Isabelle Marcoux (présidente du conseil de Transcontinental) et Kim Thomassin (associée directrice de McCarthy Tétrault).


« Ces six leaders-là, dans 100 jours, seront marqués et auront changé.» – Isabelle Hudon

100 jours pour... Esquisser une nouvelle façon de travailler

Si on faisait table rase, comment fonctionneraient les cabinets? C’est à cette grande réflexion que s’attaqueront les avocates, comptables, architectes et autres professionnelles que rassemblera Joëlle Boisvert, associée directrice de Gowlings à Montréal. «Il existe toutes sortes de beaux principes, de belles grandes politiques dans nos organisations, mais le résultat reste le même : les femmes représentent 70 % des étudiants en droit, mais seulement 19% des associés participatifs au Canada.» Pourquoi? Parce que le chemin ne convient pas à la réalité des femmes. L’avocate compte bien proposer, avec son groupe, des solutions concrètes, applicables dans plusieurs organisations.

100 jours pour... Amener les filles à connaître leur valeur

Démarrer avec un salaire injuste, voir cet écart s’accentuer, ne rien faire pour corriger le tir: voilà la recette parfaite pour se retrouver avec un manque à gagner de plusieurs milliers de dollars en fin de carrière. Sans oublier un poste moins intéressant qu’espéré. «Je vois tous les jours des hommes et des femmes qui ont les mêmes ambitions, mais qui se battent différemment», dit Robert Dumas, président de la Financière Sun Life au Québec. Une vingtaine de femmes de moins de 30 ans apprendront dans son groupe à connaître leur valeur, à devenir indispensables, à développer leur sens politique et à poser les bonnes actions pour asseoir leur avenir financier. La difficulté qu’il entrevoit ? Engager ces jeunes femmes dans des changements durables, qui subsisteront après la période de 100 jours.

100 jours pour... Encourager un meilleur équilibre

L’ambition doit résulter d’une «réflexion très personnelle», selon Geneviève Biron, présidente de Biron Groupe Santé. L’objectif est de s’accomplir et de faire quelque chose d’enrichissant, dans les sphères de la vie qui nous importent le plus. «Ultimement, on peut accomplir beaucoup de choses si on met en place les bonnes conditions. Pour ça, il faut se donner la permission de choisir et accepter notre propre équilibre à nous.» Les 16 femmes de son groupe, majoritairement des gestionnaires intermédiaires, s’outilleront pour prendre le contrôle de leur vie, par exemple en faisant une radiographie de leur agenda et en discutant perfectionnisme avec un psychologue.

100 jours pour... Inciter les entrepreneures à voir grand

«Le désir d’être parfaite, de réussir avant même d’essayer est beaucoup plus fort chez les femmes que chez les hommes. Cette peur de l’échec met un frein énorme à la prospérité des femmes», déplore Diane Giard, première vice-présidente à la direction, particuliers et entreprises, à la Banque Nationale. D’ailleurs, les femmes qu’elle approche pour faire partie de son groupe d’une quinzaine d’entrepreneures hésitent ! «Elles posent plein de questions, veulent savoir combien de temps et d’argent ça implique. Si je peux changer le mindset [la mentalité] de trois ou quatre d’entre elles, rendre leur aversion au risque moins limitative, ce sera mission accomplie. Elles deviendront les stars du Québec inc. de demain !»

100 jours pour... Enrichir le réseautage de dirigeantes d'OBNL

«Quand on s’implique, qu’on redonne, on reçoit énormément en retour. On apprend, on se développe. Je crois fondamentalement que ça m’a aidée dans ma carrière», soutient Martine Turcotte, vice-présidente exécutive pour le Québec chez Bell. La dirigeante veut donc à la fois inciter les jeunes leaders à s’investir davantage, et démystifier le réseautage pour 12 femmes à la tête de petits organismes à but non lucratif (OBNL). Et ces dernières devront passer à l’action, puisque les 100 jours de ce défi se concluront par une rencontre éclair (speed-dating) avec des membres de la communauté des affaires.

100 jours pour... Démystifier la vie de politicienne

Éric Forest, maire de Rimouski, le reconnaît d’emblée : la politique n’a pas une «grosse cote» actuellement. Ce qui ne l’empêche pas de viser à «amener de jeunes femmes à percevoir toute la richesse des défis à relever». Lui et cinq ex-politiciennes recruteront chacun deux ou trois militantes, afin de comprendre pourquoi les femmes sont réfractaires à faire le saut en politique... puis ils iront ensemble tester ces mythes sur le terrain ! De plus, celui qui a présidé l’Union des municipalités du Québec souhaite convaincre toutes les élues d’aller au-delà de la partisanerie afin de déposer une motion à l’Assemblée nationale. Celle-ci viserait à modifier l’aide parentale «qui nuit aux femmes qui veulent faire de la politique».

Cliquez ici pour consulter le dossier L'effet A


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...