Les facteurs ESG peuvent-ils créer de l'alpha?

Publié le 23/09/2019 à 17:30

Les facteurs ESG peuvent-ils créer de l'alpha?

Publié le 23/09/2019 à 17:30

Un papillon qui se pose sur un petit arbre en forme de globe terrestre.

(Photo: 123RF)

INVESTISSEMENT RESPONSABLE. Tenir compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) lorsqu’on investit peut-il améliorer les rendements? Absolument, répondent ces spécialistes. Dans quelle mesure? Ici, la réponse est moins claire.

«Tout dépend de l’objectif des fonds. On recense près de 2 000 études qui disent qu’intégrer les facteurs ESG ne nuit pas au rendement, aide à contrôler le risque et peut éventuellement générer du rendement supplémentaire. Mais ces études analysent de multiples produits aux stratégies d’investissement différentes, donc cet apport varie», indique Naomi English, directrice générale et chef des solutions ESG à MSCI ESG Research, lors de l’événement Inside ETFs, tenu à Montréal mardi et mercredi.

Cette dernière tient d’entrée de jeu à faire une distinction entre l’investissement responsable et les facteurs ESG. Le premier décrit un placement fait en fonction des préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance de l’investisseur, alors qu’elles sont plutôt considérées comme des facteurs de risque dans le deuxième cas. Cependant, les deux gagnent en importance, note-t-elle.

L’idée préconçue voulant que respecter les critères ESG ne soit pas profitable est un mythe, martèle-t-elle. Le facteur «gouvernance» est celui qui génère les meilleurs rendements, estime la spécialiste. 

«Mais la gouvernance est évaluée par le gestionnaire de portefeuille dans tout processus d’investissement, qu’il soit responsable ou traditionnel. Il veut nécessairement étudier la direction des entreprises dans lesquelles il investit. Pour moi, ça n’a rien de différent. Les aspects sociaux et environnementaux sont plus nouveaux», remarque Andrew Clee, vice-président, FNB, à Fidelity Investments.

Selon lui, l’alpha créé par les facteurs ESG est difficile à quantifier. La différence, c’est qu’en investissant dans des entreprises qui respectent ces critères, on se positionne dans des sociétés de grande qualité.

L’importance du long terme

Les fonds qui respectent les facteurs ESG peuvent avoir des résultats qui ressemblent aux autres produits traditionnels. L’alpha sera généré sur le long terme, estime de son côté Jay Aizanman, directeur à Desjardins Gestion internationale d’actifs.

«Entre le dirigeant d’une entreprise qui ne regarde que les finances et un autre qui se préoccupe aussi des facteurs ESG, mieux vaut évidemment se diriger vers la meilleure entreprise. Ces gestionnaires ont tendance à être plus transparents, ça peut être plus payant à long terme. C’est quand les investisseurs commenceront à punir les mauvaises compagnies [en les désertant] que l’alpha sera généré», explique-t-il.

David O’Leary, directeur de l’investissement à retombées sociales à Origin Capital, s’insurge quant à lui du scepticisme entourant les facteurs ESG. «Pourquoi pense-t-on qu’une entreprise transparente, qui traite bien ses employés, aura de moins bons résultats?»

Les Canadiens ont aussi une préférence nationale (home bias) en matière d’investissement, leurs portefeuilles apparaissant souvent surpondérés en titres d’ici. Les facteurs ESG peuvent les forcer à regarder ailleurs que dans le secteur énergétique canadien, ce qui peut être bénéfique en termes de diversification, juge M. Clee.

«L’alpha peut être généré en évitant certains facteurs de risque», acquiesce M. Aizanman.

 

Un courant dominant

Malgré les divergences d’opinion sur le rendement, tous les panélistes sont unanimes : suivre les facteurs ESG est en train de se généraliser et est en voie de devenir un courant dominant en investissement.

«Les Canadiens sont en train de se réveiller à propos de ce qu’il y a dans leurs portefeuilles. Ils rattrapent leur retard par rapport aux Européens», mentionne le vice-président à Fidelity Investments.

«Dans 30 ans, ça va nous paraître inacceptable d’investir sans en avoir évalué les répercussions», avance M. O’Leary.

Intégrer les facteurs ESG dans toute analyse fondamentale est maintenant un prérequis, souligne d’ailleurs Jay Aizanman. De plus en plus de gestionnaires bâtissent aussi des portefeuilles modèles qui les suivent.

Aux professionnels en services financiers qui hésitent à se lancer, il rappelle que les jeunes recherchent ce type d’investissement. Tout comme les femmes, qui sont 80 % à changer de conseiller une fois leur mari décédé, mentionne Naomi English. Pour avoir un développement d’affaires tourné vers l’avenir, il faut s’en préoccuper.

«Ça s’en vient. Vous avez là une formidable occasion d’aller au-devant des besoins de vos clients», conclut-elle.

 

Par Christine Bouthillier

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La plupart des A220 de la compagnie Swiss remis en service

11:57 | AFP

« 17 avions de la série C/A220 ont déjà été inspectés (…) Les moteurs sont en parfait état ».

A220 de Swiss cloués au sol: des inspections sont recommandées

Swiss, Delta Air Lines, Air Baltic, Korean Air, EgyptAir et Air Tanzania ont reçu des A220.

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.