Le PDG de Lightspeed donne 40M$ pour l'environnement

Publié le 25/10/2021 à 07:30

Le PDG de Lightspeed donne 40M$ pour l'environnement

Publié le 25/10/2021 à 07:30

Par Denis Lalonde
Dax Dasilva

Le PDG de Lightspeed, Dax Dasilva (Photo: courtoisie)

INVESTISSEMENT RESPONSABLE. Dax Dasilva, le PDG de la société montréalaise Lightspeed, lance l’alliance environnementale Age of Union et s’engage à verser 40 millions de dollars pour soutenir la cause.

L’alliance a dévoilé cinq projets initiaux dans cinq pays, dont un au Québec qui a pour but de restaurer le fleuve Saint-Laurent.

Les autres projets soutenus sont situés au Pérou, en République démocratique du Congo, en Indonésie et à Haïti.

«Je vais financer les projets avec mon argent personnel», dit le dirigeant, précisant qu’aucun budget fixe ne sera alloué à un projet en particulier.

Tout au long du fleuve Saint-Laurent, Dax Dasilva dit que l’argent de l’organisme à but non lucratif servira à acheter des îles pour y préserver la biodiversité et la vie sauvage. Il souhaite aussi travailler avec des agriculteurs le long du fleuve pour leur demander de délaisser les semences ayant un impact environnemental plus prononcé comme le maïs et le soya et de faire un virage vers des plantations plus durables comme le blé.

Il souhaite aussi investir dans des initiatives visant à limiter l’érosion des berges du fleuve et la restauration des canaux et des marais afin de favoriser le frai des poissons. «Chaque année, nous mettrons en place environ 25 projets pour revaloriser ce joyau», dit-il.

«Le fleuve Saint-Laurent contient 20% de la réserve d’eau douce du globe. Il est l’un des plus grands estuaires d’eau douce au monde, de même que l’un de ceux présentant la plus grande biodiversité. Malheureusement, les humains ont tenu pour acquise une telle ressource, ajoute Dax Dasilva. Nous y jetons nos déchets et l’utilisons comme autoroute pour des bateaux de marchandises, alors qu’il est aussi l’habitat d’animaux comme des baleines, des oiseaux et bien plus encore.»

L’organisation Age of Union veut s’allier à des conservationnistes actifs sur le terrain aux quatre coins du monde, afin de protéger les écosystèmes menacés de la planète. 

En soutenant, finançant et rendant visibles les personnes et organisations qui s’attaquent aujourd’hui à des défis environnementaux, Age of Union cherche à «inspirer un changement mondial majeur».

«J’ai fondé Age of Union comme une initiative environnementale axée sur l’action, en raison de l’urgence immédiate de sauver la planète, de même que ses espèces et écosystèmes menacés», a déclaré Dax Dasilva. «La prochaine décennie sera cruciale: nous devons absolument modifier le discours que nous tenons sur l’environnement, en un discours porteur d’espoir. Par les efforts de conservation d’Age of Union, nous espérons inspirer un changement fondé sur la notion que tous les gestes, petits et grands, lorsqu’ils sont concertés, peuvent modifier pour le mieux la trajectoire de notre planète.»

Age of Union produira aussi des courts métrages documentaires portant sur des projets sélectionnés. Le premier de ces films, sur le fleuve Saint-Laurent, sera présenté en première le 26 octobre à Montréal et le 28 octobre à Toronto, avec des projections prévues également à Vancouver à la fin de novembre.

Sur le même sujet

À surveiller: Gildan, Lightspeed et Nuvei

05/11/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le fondateur de Lightspeed réfute les allégations d'un vendeur à découvert

Dax Dasilva commentait pour la première fois les allégations contenues dans un rapport de Spruce Point.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…