Temps d'investir dans la Bourse du Pakistan?

Publié le 18/05/2017 à 13:39

Temps d'investir dans la Bourse du Pakistan?

Publié le 18/05/2017 à 13:39

Par François Pouliot

Après avoir été retiré de la liste des pays émergents, le Pakistan s'apprête à y faire un retour et des stratèges se demandent s'il n'y a pas aujourd'hui d'intéressants rendements à y faire.

Morgan Stanley Capital International vient d'annoncer que la Bourse du Pakistan serait intégrée à compter du 1er juin à son indice des marchés émergents, le MSCI Emerging Markets (EM) index. Six des 33 titres du marché pakistanais ont été retenus: Oil & Gaz Development Company, Habib Bank, United Bank, Lucky Cement, MCB Bank et Engro Corporation.

Entre 1994 et 2007, le Pakistan avait fait partie de l'indice, mais la crise financière avait engendré d'importants problèmes de liquidités, qui avaient conduit à la fermeture de la Bourse de Karachi en 2008. En mai 2009, après sa réouverture, la Bourse du Pakistan avait plutôt été incluse dans le Frontier Markets (FM) Index. Les marchés frontières sont des marchés qui peuvent offrir à long terme d'importants potentiels, mais où les risques sont jugés plus élevés encore que sur les marchés émergents, tantôt en raison d'une économie en construction ou en restructuration, tantôt en raison de règles juridiques et de gouvernance moins solides.

Le marché pakistanais s'est amélioré au cours des dernières années et affiche maintenant les qualités quantitatives et qualitatives pour revenir sur la liste des pays émergents, juge Morgan Stanley. Il ne pèsera cependant que pour 0,10% de l'indice, et demeurera aussi dans l'indice Frontier Markets (FM).

La Bourse du Pakistan a beaucoup progressé au cours des derniers mois alors que son indice KSE-100 est en hausse de 38% sur les 12 derniers mois.

Le Global X MSCI Pakistan ETF (PAK), un fonds négocié à la bourse américaine qui traque à 80% la Bourse du Pakistan, est de son côté en hausse de plus de 25%.

Topline Securities Limited s'attend à ce que l'inclusion amène plus de fonds à prendre des positions indicielles dans des titres pakistanais. La maison maintient une cible à 56 000 points pour la fin de 2017 pour l'indice KSE-100, ce qui signifierait une avancée supplémentaire de près de 10% dans les prochains six mois.

JS Global Capital a une cible similaire sur décembre 2017 et une à 62 000 points à plus long terme. La maison souligne que le marché pakistanais se négocie actuellement à 11 fois les bénéfices attendus pour 2017, un escompte de 35% sur la moyenne des pays émergents. Elle précise qu'en 2008, lorsque le pays était inclus dans l'indice des pays émergents de Morgan Stanley, sa bourse se négociait à 14 fois les bénéfices avant d'aller à un sommet de 16,1 fois.

Mark Mobius, le renommé gestionnaire de Franklin Templeton, a cependant récemment indiqué qu'il continuerait de considérer le Pakistan comme un marché frontière. Il a dit croire à son potentiel, mais jugé que les règles de gouvernance n'étaient pas encore au niveau de celles des pays émergents.

 

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Y a-t-il un avenir pour la production d'aluminium au Québec?

19/10/2019 | François Normand

ANALYSE. L’industrie vit une crise qui nécessite une révolution économique, mais surtout technologique.

La région de l'aluminium, mais pas seulement

Édition du 14 Septembre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS SAGUENAY–­LAC-SAINT-JEAN. Impossible de la manquer. En arrivant à la ville de Saguenay, ...

La Bourse est figée en attendant un signal

BLOGUE. Il faudra plus que la résolution des conflits pour redonner un réel nouvel élan à la Bourse, selon ce stratège.