La compétitivité du Canada dépend d'une implication constante avec la Chine

Publié le 23/02/2024 à 20:51

La compétitivité du Canada dépend d'une implication constante avec la Chine

Publié le 23/02/2024 à 20:51

Par Courrier des lecteurs

(Photo: courtoisie)

Un texte de Sarah Kutulakos, directrice exécutive et cheffe des opérations, Conseil d’affaires Canada-Chine


COURRIER DES LECTEURS. Récemment, le Conseil d’affaires Canada-Chine (CCBC) a publié les résultats de son plus récent sondage sur l’état des affaires entre le Canada et la Chine.

Tous les deux ans, ce sondage évalue les performances, le sentiment et les obstacles reliés aux affaires bilatérales.

Habituellement, nous constatons des améliorations sur divers aspects, mais cette fois-ci, les nouvelles sont presque qu’entièrement négatives.

Bien que des enquêtes similaires menées auprès d'entreprises aux États-Unis et en Europe révèlent également une détérioration des perspectives d’affaires avec la Chine, les résultats de notre sondage sont davantage négatifs, nous laissant craindre que la compétitivité mondiale du Canada pourrait être compromise par notre manque d'engagement. 

Tous les sondages comparatifs reflètent une politisation de l'environnement d’affaires, mais pour les entreprises canadiennes, la politique agit comme un frein plus important.

Le risque géopolitique est maintenant perçu comme le principal obstacle, particulièrement avec les relations Canada-Chine prises au milieu des dynamiques États-Unis-Chine.

De plus, le voyage (2e principal obstacle) est devenu un défi politique avec des itinéraires à seulement 10% de la capacité d'avant COVID-19.

Avec le retour en 2021 des «deux Michael», on anticipait à une reprise progressive des dialogues bilatéraux, ce qui tarde à se produire. Ce n'est pas le cas pour nos pays alliés et concurrents. 

Avec un ratio du commerce au PIB de 62%, la prospérité du Canada dépend de notre engagement avec le plus de pays possible et il est impératif d'être compétitifs d’être compétitif dans un marché significatif comme la Chine.

En effet, bien que la croissance de 5,2% l'année dernière puisse sembler décevante, la Chine continue de représenter le tiers de la croissance du PIB mondiale.

Le marché chinois étant déjà un marché avec une concurrence locale et étrangère effrénée (4e obstacle dans le sondage), les points mentionnés ajoutent une couche de complication pour les entreprises canadiennes.

Ainsi, les entreprises canadiennes doivent être sans failles et très compétitives. Pour cela, elles ont besoin d'un environnement commercial transparent et prévisible. 

Un pays qui ne maintient pas un engagement continu à plusieurs niveaux, comme le Canada, risque d'être surpris lorsque des décisions apparemment arbitraires sont prises.

En effet, des secteurs tels que le bœuf et la nourriture pour animaux ont été exclus d'un marché en croissance au cours des dernières années, sans signes réalistes d’une possible résolution.

Il existe une longue liste de pays, tels que les États-Unis, l'Australie, la France et l'Allemagne, qui ont maintenu ou repris des dialogues bilatéraux et dont les responsables se rencontrent régulièrement, diminuant le risque de décisions arbitraires et qui augmentent leurs exportations aux dépens du Canada. 

Le seul point positif du sondage était la perception envers la «marque Canada», qui continue d'avoir une valeur significative auprès des consommateurs chinois et qui peut être exploitée par plus d'entreprises si l'environnement commercial bilatéral s'améliore.

Nous sommes encouragés de constater que la position enviable de la «marque Canada» récompense ceux qui sont prêts à persévérer, mais nous espérons que nos gouvernements reprendront le dialogue afin que le Canada puisse tirer davantage parti de la force de sa marque et retrouver sa compétitivité dans plusieurs secteurs clés de notre économie.

 

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Plus de biens ont été importés du Mexique que de la Chine aux États-Unis en 2023

La valeur des importations provenant de la Chine a chuté de 20%.

Conduite autonome: Volkswagen investit 2,4 G€ dans un partenariat avec le chinois Horizon Robotics

13/10/2022 | AFP

Horizon Robotics est spécialisé dans l’intelligence artificielle et va développer la conduite autonome en Chine.

À la une

Honda construira une usine de batteries pour véhicules électriques en Ontario

Mis à jour il y a 18 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

L'usine devrait être construite à St. Thomas et coûtera 7 milliards de dollars en capital.

Transformer ses faiblesses en force avec le livre «Mentores»

Mis à jour à 10:26 | Emmanuel Martinez

Le livre «Mentores» rassemble douze témoignages de femmes d’affaires québécoises qui dirigent des entreprises.

Les ambitions internationales du nouveau président de Croesus

Vincent Fraser, président de Croesus depuis le 27 mars, entend développer l’expansion internationale de l’entreprise.