Roche tente de se refaire un nom

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Roche tente de se refaire un nom

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

« En 2013, nous avons pris du recul et nous nous sommes comparés aux plus grandes firmes de génie-conseil. » – Alex Brisson, président de Roche

Les deux dernières années n'ont pas été faciles pour Roche (8e au top 15). Témoignages embarrassants à la commission Charbonneau et perquisitions de l'UPAC se sont succédé, entachant son image. La firme tente de tourner la page.

Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir

Les dirigeants de Roche ont profité de la tourmente pour revoir de fond en comble l'organisation et la direction stratégique de la firme. Cette révision comprenait des mouvements de personnel, notamment le départ de ceux dont les noms avaient été entendus à la commission Charbonneau, comme André Côté, Denis St-Cyr et le président et chef de la direction de l'époque, Mario W. Martel. Ce dernier a été remplacé par Alex Brisson.

«En 2013, nous avons pris du recul et nous nous sommes comparés aux plus grandes firmes de génie-conseil», explique le nouveau président. C'est en demandant à ses employés de réfléchir à ce que serait le «génie de demain» et en les invitant à rêver un peu que la firme a amorcé ce qu'Alex Brisson qualifie de «refonte complète de l'ADN de Roche».

En octobre 2013, Roche avait en main un nouveau plan triennal axé sur l'approche client, misant sur la croissance, l'efficience et le facteur humain.

Certains marchés retiendront particulièrement l'attention de la firme, notamment les transports et les secteurs industriels et métallurgiques. Alex Brisson pense que Roche se distingue par son offre plus globale, avec des services dans des secteurs moins traditionnels du génie-conseil, comme les structures ou l'éclairage architectural. Un outil qu'il compte bien mettre à profit.

Cliquez ici pour consulter le dossier Ingénieurs: Savoir rebondir

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».