Le nouveau pont pour le Saint-Laurent, en 5 défis

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Le nouveau pont pour le Saint-Laurent, en 5 défis

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

slide-image

Illustrations du remplacement du pont Champlain

Illustrations du remplacement du pont Champlain
slide-image

Illustrations du remplacement du pont Champlain

Illustrations du remplacement du pont Champlain
slide-image

Illustrations du remplacement du pont Champlain

Illustrations du remplacement du pont Champlain
slide-image

Illustrations du remplacement du pont Champlain

Illustrations du remplacement du pont Champlain
4. Une concertation permanente

Bien que la construction de ce nouveau pont relève du fédéral, Infrastructure Canada a dû multiplier les consultations avec ses différents partenaires, tels que le ministère des Transports du Québec (MTQ), l'Agence métropolitaine de transport (AMT), mais aussi les villes de Montréal et de Brossard, les arrondissements de Verdun et du Sud-Ouest ainsi que la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent. Un véritable défi pour un projet de cette envergure ! «Nous avons une équipe de 80 à 100 personnes réparties à Ottawa et à Montréal, qui travaillent aux côtés de consultants externes provenant de la firme d'ingénierie Arup, de la firme de conseils juridiques Dantons et du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers», explique M. Brazeau. Pour se coordonner, les équipes du fédéral tiennent au minimum une rencontre par semaine avec leurs partenaires, et parfois plus ! «Il s'agit d'un projet très complexe en milieu urbain, à proximité de l'échangeur Turcot, lui aussi en travaux. Nous avons donc dû nous organiser avec le MTQ pour nous assurer que les deux projets sont bien connectés, pour ne pas avoir cinq ans plus tard un écart de cinq mètres entre les structures», rapporte Marc Brazeau. Pour cela, Infrastructure Canada demandera à ses partenaires privés de rencontrer régulièrement le MTQ afin d'assurer la coordination des deux chantiers.

5. Assurer la circulation

Face au pont le plus achalandé du Canada, qui accueille chaque année près de 60 millions de véhicules sur une longueur de 3,4 km, un des défis sera également de maintenir la circulation des véhicules durant les travaux. La présence de plusieurs aqueducs, voies d'égouts, lignes électriques et lignes de métro ne facilitera pas la tâche des ingénieurs et techniciens. «Nous avons mis à disposition de nos partenaires plus de 100 Go de données techniques sur le projet», affirme M. Brazeau. «Sans compter que l'autoroute 15 est un site complexe et surélevé, où il faudra simultanément démolir et rebâtir, et mettre en place des voies d'évitement», ajoute-t-il. Dès le mois d'octobre 2014, une jetée temporaire remplaçant le pont de L'Île-des-Soeurs sera inaugurée pour faciliter la circulation des autobus assurant la liaison entre la Rive-Sud et Montréal. «Cela reste une solution temporaire, avant que les autobus puissent bénéficier d'une voie réservée sur le nouveau pont», assure Marc Brazeau. L'objectif : que la circulation ne soit pas perturbée avant la livraison du pont. «Il pourra y avoir des fermetures d'autoroute en fin de semaine, lors des dernières phases de raccordement, mais tout sera fait pour gêner le moins possible la circulation de ce corridor économique important», conclut M. Brazeau.

À la une

Le Canada est encore loin d'avoir une vraie stratégie industrielle

22/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Un an après le dépôt d’un important rapport à ce sujet, Monique Leroux explique ce qu’il manque pour y arriver.

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.