Sept minéraux extraits au Québec appelés à connaître un bel avenir commercial

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

Sept minéraux extraits au Québec appelés à connaître un bel avenir commercial

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Avril 2015

[Photo: Bloomberg]

Outre les traditionnels métaux de base (fer, zinc, nickel, cuivre), la mise en valeur croissante d'autres métaux (terres rares, graphite, lithium) au Québec pourrait contribuer à y développer de nouvelles filières industrielles. Voici un aperçu des innombrables applications possibles de ces métaux.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Industrie minière: Cap sur de nouvelles filières»

Vanadium : Il suffit d'une faible quantité de vanadium dans un alliage d'acier pour augmenter sa solidité et sa résistance aux températures extrêmes, ce qui en fait un métal clé en aéronautique. Ces alliages accaparent 80 % de la production mondiale. On les utilise principalement dans les blindages, les engrenages, les essieux, les tiges de piston et les vilebrequins.

Zinc : Le zinc est le quatrième métal le plus consommé du monde, et la moitié de la production sert à la galvanisation, un traitement anticorrosif dont est friande l'industrie de la construction. Le zinc entre également dans la composition de divers alliages qu'on trouve dans les automobiles, les appareils domestiques et les composants électriques.

Nickel : Environ 80 % de la production mondiale de nickel est utilisée dans des alliages, principalement l'acier inoxydable mais aussi certains superalliages. En raison de leur grande résistance à la corrosion et aux températures extrêmes, les alliages de nickel sont employés dans les usines chimiques, les raffineries, les moteurs à réaction, les centrales électriques et les plateformes extracôtières. Par ailleurs, les équipements médicaux ou de cuisine et la coutellerie sont des usages communs de l'acier inoxydable.

Terres rares : Les terres rares consistent en un ensemble de 17 éléments qu'on trouve dans mille produits de la vie quotidienne, essentiellement issus des secteurs de l'électronique et des moteurs : mémoires d'ordinateur, DVD, téléphones portables, ampoules fluorescentes... Leur utilisation dans la fabrication de batteries rechargeables (téléphones et ordinateurs portables, véhicules électriques ou hybrides, stockage d'énergie) ainsi que dans celle des aimants des turbines éoliennes en font une ressource cruciale pour plusieurs filières d'avenir au Québec.

Lithium : Bien que le lithium soit surtout employé dans le secteur du verre et des céramiques, le secteur des batteries rechargeables est aujourd'hui la principale source de croissance de la demande mondiale de lithium. Ce marché pourrait rapidement absorber jusqu'à un tiers de la production : batteries d'appareils portables ou de véhicules électriques, mais aussi de stockage d'énergie.

Graphite : Traditionnellement utilisé dans les industries sidérurgique (matériaux réfractaires et creusets) et automobile (garnitures de frein et d'embrayage, joints), le graphite a multiplié ses usages dans d'autres secteurs, qui pourraient en faire exploser la demande : batteries rechargeables, piles à combustible, cellules de mesure et énergie nucléaire.

Apatite (phosphate) : Source de phosphore, l'apatite est surtout employée dans la fabrication d'engrais pour l'agroalimentaire.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Industrie minière: Cap sur de nouvelles filières»

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».