Dévaler les pistes pour la première fois


Édition du 22 Novembre 2023

Dévaler les pistes pour la première fois


Édition du 22 Novembre 2023

Par Claudine Hébert

L’an dernier, les nouveaux arrivants représentaient près d’un participant sur deux à l’initiative Ma première fois. (Photo: courtoisie)

INDUSTRIE DU SKI. La fréquentation des pentes de ski du Québec lors de la dernière saison affiche un des meilleurs bilans des 20 dernières années. Certes, la pandémie a servi d’important levier pour la relance de l’activité hivernale, mais l’industrie peut également compter sur de constantes stratégies qui permettent de renouveler sa clientèle.

Depuis déjà plus de 20 ans, ce sont près de 750 000 $ que l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) investit chaque année dans des programmes d’initiation au ski et au surf qui sont offerts dans des cours d’éducation physique dans les écoles de la province, signale Josée Cusson, directrice des communications et du marketing à l’ASSQ. Ces cours d’initiation s’ajoutent aux séances Expérience maneige, offertes aux jeunes âgés de cinq à huit ans, notamment les fins de semaine, au Centre de la nature, à Laval. Au total, ce sont plus de 50 000 jeunes qui bénéficient chaque hiver de ces programmes.

L’argent consacré à ces initiatives provient essentiellement de la vente des dizaines de milliers de cartes Ski Passe-Partout, le produit vedette de l’ASSQ, qui s’écoule généralement en quelques semaines juste avant le temps des fêtes, précise-t-elle.

Afin de vendre la totalité des Passe-Partout, les stations membres de l’ASSQ bonifient le produit depuis deux ans. « L’an dernier, nous avons éliminé les restrictions de dates au calendrier. Cette année, nous avons simplifié le produit en offrant cinq rabais de 30 % dans toutes les stations membres de l’ASSQ », indique la porte-parole de l’organisme.

Notons que les réductions ne peuvent être appliquées au Massif de Charlevoix, qui n’est plus membre de l’ASSQ depuis 2021.

 

Ma première fois

Le concept Ma première fois, introduit en 2016, apporte, lui aussi, son lot de nouveaux adeptes. Pour moins de 35 $, les jeunes et les adultes peuvent réserver une leçon d’une heure incluant la location d’équipement et l’accès pour la journée dans la zone d’apprentissage de la montagne de leur choix. Plus d’une quarantaine de stations de ski participent à cette initiative. Le forfait inclut également une deuxième visite à la montagne dans la zone d’apprentissage avec la location d’équipement.

L’an dernier, ce sont plus de 5000 forfaits du genre qui ont trouvé preneur. « Et si ce n’était pas d’un manque de disponibilité des moniteurs, nous aurions pu atteindre facilement les 7000 forfaits », affirme Josée Cusson. Cette formule, avise-t-elle, cartonne auprès des nouveaux arrivants. La saison dernière, ces participants représentaient près d’un client sur deux (47 %).

 

Des zones d’apprentissage bonifiées

Pour faciliter l’accès aux sports de glisse, particulièrement aux nouveaux arrivants qui découvrent l’hiver, les investissements pleuvent dans les zones d’apprentissage depuis les dernières années. Les quelque 6,7 millions de dollars injectés depuis deux ans sur les versants du mont Soleil, à Bromont, montagne d’expériences, en témoignent. L’investissement a servi notamment à l’ajout de deux tapis convoyeurs, à un agrandissement de la zone débutant, à la construction d’un nouveau chalet ainsi qu’à l’embauche de nouveaux moniteurs certifiés, qui porte à 300 le nombre d’enseignants sur les pistes, fait savoir son dirigeant, Claude Péloquin. Des initiatives, précise-t-il, qui se soldent par une augmentation soutenue de plus de 15 % par année du nombre d’heures de leçon offertes à la station.

 

Même les boutiques participent à l’effort

Enfin, les boutiques de ski qui font de la location constatent, elles aussi, que les visages changent. Depuis près de 15 ans, les deux boutiques Oberson (Laval et Brossard) louent des équipements de ski et de planche aux enfants en pleine croissance. Il y a quatre ans, les propriétaires ont constaté que les équipements de taille junior ne convenaient pas à certains ados de taille adulte. « Du coup, nous avons décidé d’élargir la location d’équipement saisonnière à tout skieur et planchiste, quel que soit leur âge. Résultat : nous louons désormais plus de 10 000 ensembles, incluant bottes, skis (ou planche) et fixations, soit une augmentation de 20 % depuis », avise Daniel L’Écuyer, copropriétaire et vice-président des boutiques Oberson.

Toutefois, l’initiative qui surprend encore plus ce gestionnaire, c’est la récente soirée VIP organisée pour un club de ski d’une communauté asiatique de la région métropolitaine réunissant quelque 200 membres. « Cela fait plus de 25 ans que nous organisons de quatre à cinq soirées du genre en début de saison pour divers clubs de ski de la région. Jamais nous n’avions vendu autant d’équipements qu’au cours de cette soirée. Aisément le double des ventes réalisées lors des soirées VIP des dernières années », soulève le commerçant. La présence d’une employée qui s’exprime en mandarin a, glisse-t-il au passage, sans aucun doute fortement contribué au succès de la soirée.

Sur le même sujet

L'absence de neige crée des défis chez nos détaillants

Mis à jour le 11/04/2024 | Damien Silès

EXPERT. Quelles sont les pistes de solutions pour atténuer les répercussions sur vos ventes?

La cote du golf demeure élevée

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Les clubs de golf doivent ajuster leur mode d'opération et leurs stratégies marketing.

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?